Température…

« Il faut mettre le terme aux maîtres »

P.Desproges

Publicités

Parabola Gnu/Linux ,une Arch totalement libre

« Le projet Parabola GNU/Linux a pour but de maintenir une distribution totalement Libre basée sur les paquets Archlinux optimisés pour les processeurs i686, x86_64, et Loongson 2F (mips64el). Parabola GNU/Linux est reconnue par la Free Software Foundation comme distribution entièrement Libre.
L’accent est mis sur la simplicité des paquets et de l’administration-système ; le principe étant de permettre aux utilisateurs d’excercer un contrôle total sur un système d’exploitation 100% Libre.
Le résultat procure une sensation d’équilibre entre élégance et simplicité, entre rigueur du code et innovation informatique. De plus, sa légèreté et sa conception dépouillée la rendent pratique à compléter et à personnaliser. »
Bon, faut pas se leurrer non plus, elle est aussi simple à installer qu’ArchLinux (je maintiens que cela est simple, faut juste savoir lire , se diriger dans la documentation, connaitre sa machine et être discipliné.)

parabola

Main page : https://wiki.parabolagnulinux.org/Main_Page_%28Fran%C3%A7ais%29

Contrat social de Parabola :https://wiki.parabolagnulinux.org/Main_Page_%28Fran%C3%A7ais%29

Démarrage :

Capture du 2013-03-30 08:47:55

Passez votre clavier en Français et à vous de jouer, à la main accompagné de la documentation ^^
https://wiki.parabolagnulinux.org/Installation_Guide_%28Fran%C3%A7ais%29 et en utilisant le wiki d’Archlinux en complément ,ca peut aider et/ou dépanner

Capture du 2013-03-30 08:50:35

Je me répète ,rien de dur ,ni d’effrayant à installer une Arch.
Le but et/ou la récompense ?
La satisfaction d’avoir fait un bond quantique dans la compréhension du système tout en ayant réussi à l’installer.

Olivyeahh

Commentaires fermés sur Parabola Gnu/Linux ,une Arch totalement libre Publié dans Archlinux

Conférence de RMS ,le 19 Mars 2013 à Niort

Je vous laisse juger, c’est très intéressant :privateur , surveillance,neutralité du net…
En 2 parties de 55 minutes chacune

http://www.deux-sevres.com/deux-sevres/Articlesactualit%C3%A9s/Actualit%C3%A9s/tabid/493/articleType/ArticleView/articleId/7941/VIDEO-la-conference-de-Richard-Stallman-createur-du-logiciel-libre.aspx

Extrait de l’article :
« Donner aux utilisateurs la possibilité d’améliorer gratuitement les performances d’un logiciel et exiger qu’ils partagent ces améliorations, sans les monnayer, avec l’ensemble des autres utilisateurs… C’est le très original modèle économique du logiciel libre imaginé par l’américain Richard Stallman, dès les années 1980. Invité par l’IUT STID de Niort, la CAN, la ville de Niort et le Conseil général – Terre de sciences, cet informaticien militant a animé une conférence grand public à Niort sur le thème de la société numérique libre. Lors de cette intervention unique en France, il a notamment proposé aux 2000 personnes présentes des pistes pour repenser notre rapport à la société numérique. Ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes, les technologies numériques peuvent porter atteinte à notre liberté. Pour se prémunir des dérives, Stallman estime nécessaire de pouvoir garantir le droit de sortir de la société numérique (il parle d’« extraction numérique ») ou de mettre en œuvre des moyens pour contraindre celle-ci à respecter la liberté des utilisateurs.

Un informaticien militant
Engagé, Richard Stallman est un acteur majeur du développement du numérique dès les années 1970 quand il intègre (il a 22 ans) le Laboratoire d’Intelligence Artificielle de Harvard en tant que programmateur. En 1983, dans un climat de propriétarisation du logiciel, il lance un message qui fait date : « dans les prochains mois je commencerai à écrire un système logiciel complet, compatible UNIX2, appelé GNU (GNU is Not Unix) et je le distribuerai librement à tous ceux qui souhaitent l’utiliser. Je fais appel à toute contribution en temps en argent, en matériel pour faire avancer le projet ». Il fonde dans la foulée, en 1985, la « Free Software Foundation ». En 1989, il publie (avec l’avocat Eben Moglen) la licence publique générale de GNU GPL (General Public Licence). »

Big Merci à toi ,Christophe G. , pour le lien 😉

Olivyeahh

apt-get:paquets cassés lors d’une mise à jour

Il arrive ,pour x et y raisons ,qu’une mise à jour de votre système se passe mal.
On m’a amené une machine sous linux Mint ,hier , où c’est arrivé.
L’utilisateur à lancé sa mise à jour et pour une raison qui m’échappe, son système s’est figé.Il a redemarré son PC ,a retenté la m.à.j., mais un message d’erreur est apparu:
« Les paquets suivants contiennent des dépendances non satisfaites :
nom_du_paquet1: Dépend:nom_du_paquet2 mais il n’est pas installé
nom_du_paquet3: Dépend:nom_du_paquet4 mais il n’est pas installé »

(et ainsi de suite selon le nombre de dépendances défaillantes)
Puis à la suite
« E: Dépendances manquantes. Essayez d’utiliser l’option -f. »

Sauf que cette erreur bloque le gestionnaire de paquets tant qu’elle n’est pas réglée, les mises à jour des paquets sélectionner ,autres que ceux qui posent problème, deviennent donc impossible

Debian, Ubuntu ou encore Linux Mint utilisent le gestionnaire de paquets apt

La solution est toute simple

Dans un terminal ,lancez les commandes suivantes

$sudo dpkg –configure -a

Cela va reconfigurer dpkg ,un outil logiciel en ligne de commande chargé de l’installation, la création, la suppression et la gestion des paquets Debian (.deb),spécifiques aux distributions basées sur Debian.

Puis

$sudo apt-get upgrade -f

qui va configurer les paquets défaillants

Puis ,mettre à jour le système

$sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade

P.S.: apt conserve tout ce qu’il a téléchargé dans le répertoire /var/cache/apt/archives/ Ceci peut a la longue prendre une place importante sur votre systéme.

Il est possible de supprimer tout ces fichiers en utilisant la commande sudo apt-get clean . A utiliser avec parcimonie ,car en cas de problèmes divers et variés qui vous empêcherez de télécharger les paquets vous serez content d’en avoir une sauvegarde sur votre disque dur.

Olivyeahh

Archlinux : Introduction

Arch_Linux_Wallpaper_by_james66

ArchLinux a été conçue pour être le système d’exploitation parfait pour les utilisateurs avancés. Sa philosophie? Sans artifices .Certains vont dire qu’elle nécessite d’être un Geek , je dirais  » Pas spécialement ».Il faut être avant tout discipliné et méthodique et pour être honnête ,l’installation vous permet de savoir ce que vous faites et pourquoi et comment est construit votre système,de plus la documentation est imposante .A savoir qu’ArchLinux demande une attention particulière quand à la fréquence des mises à jour (journalières) et parfois de masse.

Pourquoi tant de mises à jour?
Arch est une rolling release (publication continue, il n’y a pas de nouvelle version de la distribution,elle est en évolution permanente avec les versions les plus récentes des logiciels)

Le principe KISS
Arch se veut simple . Keep it Simple, Stupid (en français, mot à mot : «Garde ça simple, stupide», dans le sens de « Ne complique pas les choses »), ou principe KISS.En effet, n’est installé que ce qui est nécessaire ,en gros le systeme de base,sans serveur graphique,sans environnement de bureau.Rien ,nada ,quedal.A vous d’installer vos composantes logicielles et à vous d’éditer votre configuration

Si je peux vous donner un conseil, réservez un disque dur spécifiquement pour cette distribution ou,si cela n’est pas le cas ou impossible,souvenez bien du schéma de partitionnement et de la numérotation des partitions, notez les sur un bout de papier, je vous conseille d’ailleurs de bosser avec un support écrit pour noter tout les renseignements utiles à votre installation.Préparez vos partitions avant installation ,avec un outil tel Gparted , avec un live cd ou l’outil de la distribution que vous utilisez quotidiennement. Sinon ,fcdisk est un bon outil inclus dans le cd d’installation d’Arch que vous trouverez ici :
http://mir.archlinux.fr/iso/latest/

Le guide d’installation se trouve ici
http://wiki.archlinux.fr/Installation .

J’ai installé Arch ,sur mon PC portable, sur le même disque dur que Debian Sid (à l’origine,depuis, j’ai remplacé cette dernière).Pour la tour, le disque dur maitre où trônent Debian Sid et Testing a été débranché ,par sécurité ,avant de commencer l’installation.Il a été remis en fonction après l’install, ce qui m’a permis de faire un dual boot directement depuis SID avec un #update-grub.
J’ai choisi comme chargeur d’amorcage pour Arch, syslinux (même si ce n’est pas une solution aussi efficace que grub ,puisqu’il ne reconnait pas les autres systèmes Gnu/linux), que le grub de debian reconnait sans problèmes.
Pour éditer mes fichiers lors de l’install ,j’ai utilisé l’éditeur nano
Au redémarrage, j’ai installé le serveur graphique.Pour ma carte Nvidia, le pilote libre nouveau a été préféré au pilote proprio ,donc « xf86-video-nouveau » auquel j’ai ajouté « nouveau-dri » nécessaire à Gnome3 ,un des environnements graphiques installés, pour fonctionner.
Pour le wifi, sur les 2 machines, j’utilise wicd couplé à wicd-gtk pour l’apparence,la simplicité.

A savoir

fstab : Les systèmes de fichiers et les points de montage sont configurés dans le fichier /etc/fstab.Le manuel d’arch peut prêter à confusion.Il ne FAUT PAS éditer ce fichier, il faut simplement lancer la commande genfstab -U -p /mnt >> /mnt/etc/fstab pour le générer

chrooter : Pendant l’installation,vous allez chrooter votre système.Voici la définition tel qu’elle apparait dans le manuel. (man chroot)  » éxécuter une commande ou un shell intéractif avec un répertoire racine spécial. »
Exemple: chroot Nouveau_répertoire_racine shell_utilisé

mkinitcpio est un script shell utilisé pour créer un environnement qui se chargera en premier en mémoire :
-Il utilise BusyBox pour fournir un ensemble d’outils de base dans le ramdisk.
-Il peut utiliser udev pour la détection à chaud du matériel, ça évite ainsi le chargement d’une liste de modules par défaut.
-Il possède un système d’extensions (hooks) permettant d’effectuer des actions supplémentaires pendant le démarrage du noyau.
-Il supporte lvm2, dm-crypt pour par exemple, les volumes luks, raid, swsup, TuxOnIce (suspend2), réveil ainsi que le boot depuis des volumes usb.
-Plusieurs caractéristiques peuvent directement être configurées depuis la ligne du noyau sans avoir à re-générer l’image.
-mkinitcpio peut inclure l’image dans le noyau afin d’avoir un fichier unique contenant noyau et image.

Ne pas démonter les partitions ,à la fin de l’installation, avant d’être sorti de l’environnement chroot

Voilà ,une présentation rapide, quelques conseils tirés de ma propre expérience.Arch fait peur lorsqu’on est débutant (c’est injustifié de mon point de vue ,si vous êtes rigoureux, il n’y aura aucun problème) ,mais sa légèreté et sa configuration minimaliste de base (c’est à vous d’ ajouter les services dont vous avez besoin au démarrage comme le bluetooth, par exemple, présent par défaut sur la grande majorité des distros ) ,que l’on élargit au fur et à mesure de ce que l’on installe et de ce que l’on édite,en font la distribution la plus réactive que je connaisse.C’est un peu comme Debian: une fois que tu y a gouté ,tu ne peux plus t’en passer

Olivyeahh

Kali Linux , successeur de Back|Track

Kali Linux est une distribution Linux sortie le 13 mars 2013, basée sur Debian. La distribution a pris la succession de Backtrack, qui était basé sur Slackware jusqu’à la version 3 puis Ubuntu depuis la version 4.
L’objectif de Kali Linux est de fournir l’ensemble des outils nécessaires aux tests de sécurité d’un réseau.Idéal pour faire un audit de votre infrastructure.

Le site : http://www.kali.org/

Kali Linux est disponible pour les architectures 32 et 64 bits mais également ARM ,dont le Raspberry Pi

original

Olivyeahh

Archlinux :installation Gstreamer (MP3 ,Oggvorbis,etc..)

Voilà votre Arch est installée, configurée . Mais …Damned, impossible de lire vos fichiers multimédias
Pas de panique, il suffit d’ouvrir un terminal et d’installer les plugins de gstreamer.(Sur les autres distributions, ils sont bien souvent déjà présent par défaut )

gstreamer

Présentation de la bête

gstreamer est un framework multimédia libre.
Il est composé d’un cœur (GStreamer Core) permettant de construire une séquence d’actions à effectuer sur vos objets multimédia. Ce cœur s’occupe de la communication entre les différentes briques en gérant les entrées/sorties. Il manipule les données sous forme de blocs et se base sur une architecture logicielle objet.

Les plugins manipulent les objets multimédia. On peut diviser les plugins en différentes catégories:

gestion des entrées (sources) audio et vidéo: les entrées peuvent être des fichiers multimédia, des équipements (Webcam, caméra DV) ou des flux réseaux (par exemple venant d’un streaming).
-gestion des protocoles: permet une gestion des protocoles de communication réseau. Avec le support de protocoles simples (UDP, TCP) ou plus complexes (RTP/RTSP).
-gestions des formats: les données multimédias sont dans des conteneurs (AVI, OGG, MPEG…). Gstreamer permet, via des plugins, de gérer ces conteneurs (lecture, mux, demux…).
-gestions des codecs: le fait que les codecs audio/vidéo soit proposé dans Gstreamer sous la forme de plugins comporte de gros avantages (normalisation d’un codec à l’autre, facilité de changement de codec dans une application, cicle de développement plus cours pour inclure un plugin dans GStreamer).
-gestion des filtres: il existe autant de possibilité de filtres audio et vidéo que votre imagination peut produire.
-gestion des sorties (sinks) audio et vidéo: Les sorties peuvent être des fichiers, des équipements (écrans) ou des flux réseaux.

On ne va pas aller plus loin dans la théorie, c’est assez pompeux.

Revenons à notre Arch

Le terminal, que nous avons ouvert au début de l’article refait son apparition.Il suffit de taper la commande suivante pour installer les plugins de Gstreamer

sudo pacman -S gstreamer0.10-plugins

Les plugins suivants seront installés

-gstreamer0.10-base-plugins
-gstreamer0.10-good-plugins
-gstreamer0.10-bad-plugins
-gstreamer0.10-ugly-plugins
-gstreamer0.10-ffmpeg

Voilà,reste plus qu’à vous trouver du son à vous mettre dans les oreilles.

Olivyeahh