Debian Sid & Plasma 5.4.3

En attendant les prochains billets sur les distributions pour débutants qui ont prit du retard , faute de temps…

Ça devrait reprendre son cours cette semaine…

Debian Unstable et Plasma, donc..

Encore quelques bogues assez déplaisants, mais bon , ca va bientôt rentrer dans l’ordre, je pense. Que se soit sur Arch ou Sid, c’est Kwin qui pose divers problèmes, comme la qualité de la capture d’écran par exemple

Noyau Linux 4.4.0-1 amd64
Plasma 5.4.3
Qt 5.5.1
Son: Zenzile – Alkaline O.D.

Distributions pour Débutants: Kubuntu (fail)

J’ai connu Kubuntu à l’époque de KDE 3

Je n’ai plus utilisé le bureau KDE dans sa version 4 (trop lourd)

J’utilise la version 5 de l’environnement sur Archlinux, il me plaît bien.

C’était l’occasion de vous présenter cette distribution basée sur Ubuntu et Plasma 5…

Malheureusement, c’est une catastrophe. L’installation s’est bien passée. C’est au démarrage que c’est parti en sucette:

Wifi (broadcom) inexploitable (ethernet obligatoire), « décrochage » du bureau, Muon (le gestionnaire de paquets) est une catastrophe, j’ai utilisé synaptic. Le gestionnaire de pilotes plante sévère.

Je pense que la période de transition entre KDE 4 et 5 (et surtout le passage de Qt4 vers Qt5) influe énormément sur la qualité de la distribution, même si je suis sûr que les devs font de leur mieux.

J’y reviendrai  d’ici quelques semaines, lorsque la version 16.04 sera de sortie, je ne peux pas juger de la qualité et de la facilité de Kubuntu dans l’état actuel des choses, ni lui jeter la pierre. j’ai moi même quelques problèmes sur ArchLinux avec ce bureau. De plus, après quelques recherches sur les forums, ils s’avèrent que pas mal d’utilisateurs ont des problèmes avec cette mouture de la distribution, d’autres pas ou peu.

Si les choses ne s’améliorent pas pour la Kubuntu 16.04, cela risque de lui mettre un sacré coup au niveau de la crédibilité.

Le potentiel à l’air présent, la facilité d’utilisation est plus ou moins au rendez vous. Attendons que le fruit mûrisse avant de donner un avis. Ce n’est donc que partie remise, enfin espérons…

 

 

Next : ubuntu-Gnome

(En attente, j’attends la sortie officielle de la version 16.04 LTS de la distribution . J’en profiterai pour repasser Kubuntu en revue à ce moment là. Pour Ubuntu  Studio, ce sera fait dans l’ordre prévu initialement. Une Béta ne devrait pas poser de problèmes au niveau d’XFCE)

Donc Next : OpenSuse

 

Distributions pour Débutants: Linux Mint

3ème billet sur les distributions dédiées aux néophytes

Aujourd’hui, et après la LMDE, sa « fausse » sœur jumelle : Linux Mint

Historique:

Linux Mint, première du nom sort en 2006. Elle est basée sur Kubuntu. Pour sa version 2.0, elle se basera directement sur Ubuntu. Son bureau est Gnome 2 . Elle va se démarquer des autres distributions en 2011, lors de la sortie de Gnome 3, d’un côté, et d’Unity (le bureau d’Ubuntu) ,de l’autre.Les développeurs de Mint optent pour  une nouvelle interface utilisateur créée par leurs soins : Cinnamon, basé sur Gnome 3 mais très proche de ce que l’on peut trouver sur un Windows 7, par exemple . Un coup de génie, avec le recul. En effet, elle siphonne les utilisateurs insatisfaient par les clicodromes  que sont devenus Gnome et Unity

Aujourd’hui, nous en sommes à la version 17.3 de la distribution. Cette version est une LTS (Long Time Support) et sera maintenue jusqu’en Avril 2019, comme sa base Ubuntu 14.04 LTS

Installation:

Installation en captures d’écran. Pour le partitionnement avec UEFI, c’est ici

Linux Mint propose 4 iso et autant de bureaux: Cinnamon, KDE, MATE, XFCE

J’ai une version Cinnamon (version 2.8.6), celle que le fiston a sur sa machine, sous la main. Cela fera l’affaire.

Je lance l’image Live

Screenshot from 2016-02-16 06_16_59

Screenshot from 2016-02-16 06_17_19

Je règle mon clavier

Screenshot from 2016-02-16 06_17_54

Screenshot from 2016-02-16 06_17_59

Screenshot from 2016-02-16 06_18_13

Je débute l’installation. Le hic, pas de wifi. Or, je sais que l’installateur va me demander une connexion internet

Screenshot from 2016-02-16 06_18_59

Je file dans le menu et clique sur Driver Manager

Screenshot from 2016-02-16 06_21_04

J’installe le pilote pour ma carte Broadcom

Screenshot from 2016-02-16 06_20_16

Screenshot from 2016-02-16 06_20_21

Screenshot from 2016-02-16 06_21_59

Screenshot from 2016-02-16 06_22_34

Voilà, je continue l’installation de la distribution. La connexion internet permet de franciser l’ensemble pendant la mise en place du système. Très bonne chose

Screenshot from 2016-02-16 06_22_53

Screenshot from 2016-02-16 06_23_40

Screenshot from 2016-02-16 06_24_08

Screenshot from 2016-02-16 06_24_45

Screenshot from 2016-02-16 06_25_05

Screenshot from 2016-02-16 07_25_21

Je créais l’utilisateur/administrateur , avec un mot de passe robuste, pendant que l’installation se lance

Screenshot from 2016-02-16 07_25_59

A partir de maintenant, vous avez le temps de prendre un café. Ce n’est pas très long, mais un kawa, ça fait toujours du bien

Screenshot from 2016-02-16 07_27_51

Screenshot from 2016-02-16 07_29_19

Screenshot from 2016-02-16 07_30_00

Screenshot from 2016-02-16 07_31_18

Screenshot from 2016-02-16 07_31_52

Screenshot from 2016-02-16 07_32_52

Screenshot from 2016-02-16 07_33_18

Screenshot from 2016-02-16 07_38_56

Screenshot from 2016-02-16 07_47_03

Une fois l’installation complète, on redémarre

Le pilote pour le wifi n’a servi que pour l’installation, il n’est pas présent au redémarrage

Pas grave, on insert le Live-DVD ou USB et on réinstalle le pilote via le gestionnaire de pilotes. Une fois connecté, ce programme, qui démarque la distribution de sa « fausse » sœur jumelle, vous permettra d’installer les pilotes pour vos cartes graphiques respectives automatiquement

Capture du 2016-02-16 08:08:50

Capture du 2016-02-16 08:09:32

Une fois la chose réglée, on applique les premières mises à jour (c’est le petit applet Mint Update Capture du 2016-02-17 08:37:41 , en bas, à gauche, qui vous signale la chose)

Comme pour Linux Mint Debian Edition, cela se passera en 2 étapes: D’abord une mise à jour de Mint Update puis des logiciels courants. Il vous sera demandé avant la première mise à jour de changer les miroirs de dépôts, sélectionnez les miroirs les plus proches et performants

Une petite capture vidéo pour finir. J’y installe firmware-linux-nonfree, ainsi que le microcode Intel (ou AMD, si c’est le cas) permettant d’optimiser le fonctionnement de votre processeur (les puristes hurleront, mais voilà, ça permet au système de fonctionner parfaitement avec la machine. Et je n’ai pas à juger de l’utilisation des blobs proprios, c’est une histoire de choix et avec Linux, on l’a )

Comme pour LMDE, le moteur de recherche Google n’est pas présent. Je ne l’utilise pas, mais suis conscient que c’est ce que les gens utilisent. Je vous montre comment l’installer via le gestionnaire de modules de Firefox. Préférez lui quand même duckduckgo ou encore lxquick

Les plus:

-Un système en français au redémarrage, du moment que l’internet est connecté pendant l’installation. Dans le cas contraire, il vous faudra le faire vous même via le centre de contrôle

Capture du 2016-02-17 09:21:21

-Codecs multimédia et Flash-plugin (faudra vraiment que cette merde disparaisse un de ces 4, mais bon, les gens sont « obligés » de l’avoir ) présents

VLC, Firefox, LibreOffice, Gimp ou encore Thunderbird sont installés par défaut (pour les logiciels les plus connus)

Banshee vous servira de player audio (ou pas), je lui préfère clairement Clementine

-L’installation automatisé des pilotes propriétaires pour votre matériel, l’installation manuelle pouvant relever du véritable casse-tête  pour les débutants

-Comme pour LMDE, les outils maison font très bien ce pour quoi ils sont fait

Les moins:

Un peu les mêmes que ceux de LMDE (2 sur 4)

-L’utilisation de bureaux alternatifs n’est pas conseillée, spécialement Gnome, car en conflit avec les outils maisons au niveau de l’apparence et de la stabilité

-Une logithèque maison et un gestionnaire de paquets (Synaptic). Est ce bien utile?

 

Avis personnel:

Facile à installer, (mon fiston, de 11 ans, l’a fait lui même en dual boot sur sa machine avec Win 8, même si j’étais là pour l’assister) intuitif, vraiment simple à gérer, très stable

Tout est prémâché, ce que, je pense, recherche l’utilisateur lambda. Un système qui conviendra, j’en suis sûr, à la plupart des nouveaux venus dans le monde Gnu/linux

Mon problème, c’est la base Ubuntu. Mais,ca, j’y reviendrai au moment où je m’attaquerai à la présentation de celle-ci  ( en bonne dernière de la liste, comme elle le mérite)

Le prochain billet sera consacré à Kubuntu, une des nombreuse dérivées de la distribution de Canonical, et son bureau Plasma 5

NOTE: Sur les systèmes dérivés et basés sur Ubuntu, on peut ajouter des dépôts tiers : les ppa

Cela fera l’objet dans un autre billet

 

 

Distributions pour débutants: Linux Mint Debian Edition

Deuxième billet de cette série consacré aujourd’hui à la Linux Mint Debian Edition

Historique : Cette version communautaire de Mint est apparue par la volonté de s’émanciper de Canonical et de sa base Ubuntu.

Elle est basée sur le must des systèmes d’exploitation : Debian

Autant vous dire que la première version,basée sur Debian Testing, a été une réelle catastrophe. Des packs de mises à jour indigestes (jusqu’à 3 Go) tous les 6 mois, engendrant la plupart du temps de graves problèmes de stabilité. La plupart d’entre nous (utilisateurs curieux et blogueurs) avions signé (trop vite) son arrêt de mort tellement elle était insipide.

Erreur. La LMDE 2 a changé la donne. Dorénavant basée sur Debian Jessie (stable), le vilain petit canard de Mint s’est métamorphosé en cygne somptueux.

La base du système est donc une Debian Stable, gage de stabilité et de robustesse . Les logiciels courants proviennent des dépôts Mint dédiés à cette version de la distribution, pour la plupart (Firefox, THunderbird ou encore les outils spécifiques à Mint comme Mint-Update, Mint-Sources, Mint-System, etc…..)

Installation:

Installation en captures d’écran. Pour le partitionnement avec UEFI, c’est ici

Pas besoin de connexion internet, l’image Iso est complète

Le bureau choisi est Cinnamon

Choix de la langue

Screenshot from 2016-02-13 14_55_12

Localisation

Screenshot from 2016-02-13 14_55_27

Partitionnement

Screenshot from 2016-02-13 14_56_08

Screenshot from 2016-02-13 14_56_20

Screenshot from 2016-02-13 14_56_32

Screenshot from 2016-02-13 14_56_41

Chargeur d’amorçage

Note: la création du compte utilisateur n’a pas été capturé

A savoir, l’utilisateur (comme c’est le cas de beaucoup de distributions aujourd’hui) est également administrateur.Un seul mot de passe vous sera utile.Pensez à sa robustesse 😉 ( Parce que les mots de passe style password, nom de l’utilisateur, azerty 123456789 sont bateaux et sont un réel risque pour vous)

Screenshot from 2016-02-13 14_56_50

Installation

Screenshot from 2016-02-13 14_56_59

Fin (durée 10 minutes)

Screenshot from 2016-02-13 15_06_42

 

Au redémarrage, wifi ok.

Capture du 2016-02-13 16:13:31

Capture du 2016-02-13 16:13:26

Capture Vidéo : 1ère mise à jour, et choix des serveurs de dépôts
Mint Update est le premier paquet à être mis à niveau, suivi des paquets inclus dans la distribution, dont le bureau

 

Une fois l’opération accomplie, on va redémarrer la machine.

 

 

Les plus:

-Elle est basée sur Debian Stable, l’un des must en termes de stabilité, légèreté ,sécurité et robustesse

-Les outils maison font très bien ce pour quoi ils sont fait

-La plupart des blobs propriétaires sont présents après l’installation. Pas besoin de mettre la tête sous le capot pour configurer le wifi par exemple

-De nombreux logiciels tel FlashPlugin sont installés, d’autres, comme Skype , sont proposées dans la logithèque (près de 68000 paquets, dépendances de programmes inclus

-Deux environnements de travail sont proposés . J’ai choisi Cinnamon mais LMDE est disponible également avec MATE

-L’excellent et intuitif mode multi-bureaux proposé par Cinnamon

Les Moins:

-L’utilisation de bureaux alternatifs n’est pas conseillée, spécialement Gnome, car en conflit avec les outils maisons au niveau de l’apparence et de la stabilité(impossible de télécharger un fichier personnel vers Firefox, plantage assuré. Ce n’est qu’un exemple)

-Si vous voulez utiliser les pilotes propriétaires pour vos cartes graphiques, il vous faudra faire des recherches, pas d’outils dédiés  à l’installation automatique comme sur Mageia, les dérivées d’Ubuntu ou encore OpenSuse

-Les versions pas très récentes de logiciels comme LibreOffice, en raison de la base Debian

-Une logithèque et un gestionnaire de paquets (Synaptic). Est ce bien utile?

 

Avis Personnel: Il m’est très dur de rester impartial. Je suis un inconditionnel de Debian.

Je dirais qu’elle est le meilleur compromis au niveau éthique pour les débutants et ne doit rien à Canonical, contrairement à sa sœur jumelle dont je vous parlerai au prochain billet

 

 

 

 

Distributions pour débutants: Mageia

Mageia ( magie en français ) est une distribution Gnu/Linux, fork communautaire de feu Mandriva Linux, née en Septembre 2010.

Contrairement à son ancêtre, Mageia est organisée par une association dont les membres ne veulent rien devoir aux orientations économiques et stratégiques d’une quelconque société.

Images d’installation:

Les images d’installation de Mageia, cinquième du nom, sont disponibles pour ordinateurs 32 ou 64 bits

Il en existe 3 types

-Installation classique ( d’environ 3,5 Go, choix possible d’un bureau autre que KDE ou Gnome)

-Média Live (1,5 Go)

-Installation par le réseau ( logiciels 100% Libre ou avec pilotes propriétaires, choix possible d’un bureau autre que KDE ou Gnome)

j’ai utilisé une image « live » que j’ai gravé sur un DVD, l’installation sur une clé USB via Unetbootin étant impossible

J’ai choisi le bureau Gnome.

Pourquoi Gnome plutôt que KDE ?

Mageia 5 propose le bureau KDE 4 , bientôt obsolète, qui sera remplacé par Plasma (KDE 5) pour la version 6 de la distribution, théoriquement disponible au printemps 2016. Il y a de fortes chances que les utilisateurs de ce bureau soient obligés de faire une ré-installation de la distribution à ce moment.

Si vous choisissez l’image classique d’installation ou par le réseau, vous pourrez choisir des bureaux tel que GNOME,KDE, XFCE, MATE, Cinnamon ou encore E17. Pour les néophytes débarquant du système propriétaire vérolé Microsoft Windows , C’est Cinnamon, relativement proche de l’interface de Windows 7 ou 10, que je conseille.

Installation :

Ne perdez pas de vue que j’utilise une image « Live » (permettant d’essayer le système avant de l’installer)

Je choisis « installer sur le disque dur »

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_50_14

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_50_25

Le partitionnement: Pas de panique, il est identique pour les 3 types de médias d’installation

Si vous voulez installez Mageia à côté de Microsoft Windows, l’installateur vous le proposera.

En cas de présence d’Uefi, suivre ces explications

J’ai choisi l’option « Partitionnement personnalisé » (les partition étant déjà présentes sur le disque dur)

Il vous faudra créer une partition /, servant à héberger le système (30 à 40 Go, pour être large),une /home pour vos données personnelles  (formatées toutes 2 en ext4) et une swap

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_50_56

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_51_25

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_51_40

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_51_55

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_52_01

L’installateur vous proposera de ne pas installer les paquets inutiles (traductions et support matériel non-utilisés)

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_52_32

L’installation peut commencer

Capture d'__cran de 2016-02-09 15_52_43

L’installation par un média différent sera plus complète ( choix langue, clavier, création de l’utilisateur,etc…)

ATTENTION: La création de l’utilisateur et de l’administrateur du système se fera, dans le cas du média « Live », au redémarrage de la machine, donc pas de panique 😀

On finit par l’installation du chargeur d’amorçage

Celui ci s’installe sur sda ( premier secteur du disque dur) en cas d’installation (seul ou en dual boot avec Windows) sur un disque dur unique

En cas d’installation sur un disque séparé, veillez à régler votre Bios pour que le disque dur contenant Mageia soit le premier dans la liste du schéma de boot

Capture d'__cran de 2016-02-09 16_00_46

Capture d'__cran de 2016-02-09 16_01_05

Configuration :

Félicitations, vous avez maintenant un système Gnu/linux sur votre ordinateur

Le matériel réseau a été correctement détecté (Ethernet ou Wifi, broadcom pour ma part)

Vous êtes accueillis par Mageia Welcome, petit logiciel sympa qui va vous permettre d’avoir accès à la documentation et d’installer des programmes ( nous verrons cela dans la vidéo qui suit)

Capture d'écran de 2016-02-09 16:08:47

il vous faut immédiatement accéder au Centre de contrôle de Mageia (grâce à votre mot de passe administrateur)afin d’appliquer les premières mises à jour, concernant bien souvent le gestionnaire de paquets

Capture d'écran de 2016-02-09 16:12:23

Capture d'écran de 2016-02-09 16:12:36

Capture d'écran de 2016-02-09 16:12:44

Capture d'écran de 2016-02-09 16:13:00

Capture d'écran de 2016-02-09 16:13:06

Une fois cette première màj appliquée, d’autres seront proposées automatiquement et elles concerneront les logiciels installés

Une fois appliquées, le gestionnaire de mises à jour vous signalera la présence de programmes orphelins (qui ne sont plus utiles au système pour fonctionner). Il vous faudra ouvrir un terminal et passer les commandes:

su: passage en mode administrateur

puis:

urpme –auto-orphans

Capture d'écran de 2016-02-09 16:59:02

Une fois l’opération effectué:

exit (pour sortir du mode administrateur)

Ce devrait être une des rares exceptions pour laquelle un terminal sera utile. Ce n’est pas la mer à boire .

ATTENTION: ne jamais utiliser un système Gnu/linux en mode administration, question de sécurité. ce mode ne doit servir qu’à la configuration du système (et le système vous avertira quand cela est nécessaire)

Pour les mises à jour, dorénavant, vous serez prévenu par une applet vous le signifiant sur votre bureau. Votre mot de passe utilisateur vous suffira à les appliquer . Inutile de passer par le centre de contrôle donc.

J’ai installé VLC et Clémentine (player audio),ce qui a engendré l’installation des codecs indispensables à la lecture des fichiers multimédia.

Assez de bavardages, place à la présentation de Mageia en vidéo (une première pour ce blog)

 

Conclusion:

-Les plus :

Le centre de Contrôle de Mageia est la référence en mode graphique pour l’administration du système lorsque l’on est débutant.

Chaque version de Mageia est publié lorsqu’elle stable. Elle ne bougera plus le temps de sa durée de vie (entre 18 et 24 mois) au point de vue logiciels et elle est très robuste. Des logiciels comme Skype ou Flashplayer sont disponibles, permettant une transition en douceur vers le monde Gnu/linux. Le support de la multi-architecture (obligatoire pour Steam, par exemple) est activée par défaut, ce qui évitera aux novices de devoir bidouiller dans les entrailles du système. Le support du matériel parait impeccable (notamment le wifi, qui peut être un véritable casse tête pour le novice ) et ce, dès la phase d’installation

Le logiciel Mageia Welcome  vous permettra de vous documenter et d’installer quelques logiciels de façon intuitive

Avec l’image Netinstall ou DVD, plusieurs bureaux seront proposés au moment de l’installation

-Les moins:

KDE: Ce bureau en version 4 est en fin de vie, inutile de l’installer. Il vous faudra recommencer dès le début pour la version 6 de la distribution. La version 5 du bureau est installable pour cette version, mais là aussi pour le novice, c’est un véritable casse tête sans garantie que cela fonctionne.

Des versions figées et supportées sur le long terme (Firefox ESR 38 alors que nous en somme à la version 44 du navigateur, par exemple) qui ne recevront que des mises à jours de sécurité

Une logithèque relativement pauvre (paquets au format RPM), même si l’essentiel est là, par rapport à des distributions basées sur Debian ou Ubuntu (format .deb)

 

Avis personnel : J’ai longtemps utilisé Mandriva Linux (dont Mageia diverge peu techniquement) avant de passer à un stade supérieur de connaissances .Jusqu’à ce jour, c’est le système le plus simple pour les grands débutants, au niveau de l’administration et de la configuration qu’il m’ait été donné d’utiliser. Idéal pour quitter Windows en douceur….

La prochaine distribution testée sera Linux Mint Debian Edition, différente mais tout aussi intuitive pour les débutants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la logique…

Un peu de lecture…

1969 : Génération perdue ?

Il y a certaines fois où chacun peut se demander où va le monde, où je vais, où les autres vont et ce qui les animent.

Il y a dans ma vie de cartésien des choses qui me perturbent, des fois mes propres comportements et réactions, actions et pensées.

Mais il y a une constante dans ce qui m’anime, c’est une certaine logique, certaine car elle m’est propre (comme il se doit ou presque).

Nous avons tous une logique propre, qui fait que nous agissons, réfléchissons, raisonnons d’une manière singulière. Ma logique est mienne et n’est pas la vôtre.

En ce sens, j’essaie de l’utiliser au maximum afin de faire ce que j’ai à faire, même si je me retrouve certaines fois désarçonné par la réalité.

Dans ma réflexion, je suis un cartésien, je suis pratiquement un logique au sens mathématique du terme, ce qui me vaut nombres de déboires…

View original post 2 042 mots de plus