« L’homme prête à rire …

…, mais il donne à pleurer »

P.Desproges

Un petite quinzaine passée entre Bordeaux et Biarritz.

Des pins à perte de vue, un océan superbe, d’immenses plages  « sauvages » entre des points de concentration humaine.. Le top.

Pas tant que cela..

J’ai trouvé quelques rejets suspects les premiers jours ( probablement des galettes de pétrole agglomérées et qui fleurent bon l’or noir..), des emballages de pseudo-nourritures, des contenants à boissons divers éparpillés par des touristes qui ne sont pas réellement encouragés à faire attention puisqu’on leur vante le fait que les plages sont nettoyées quotidiennement..

Puis, il y a la papeterie du coin, qui fait vivre du monde, tant pis pour l’odeur plus ou moins forte mais toujours pestilentielle. Elle ne m’a fait vomir qu’une fois, faut dire que j’avais pris un coup de chaud puis j’avais pas besoin de passer devant…

Je ne l’ai senti qu’une fois sur une plage fréquentée mais isolée des agglomérations du coin.

Bel endroit que cette plage « officiellement » surveillée et si on va un peu sur la droite ( style 1km de marche ),il n’y a pas un pèlerin dans les 200 mètres alentours…

A marée basse, les plages font au minimum 150 mètres de large entre  le bas et la première dune..

Des plages superbes et une vue terrible, le bonheur.

Bon, j’ai senti une fois les émanations de la papeterie, ça devait être le vent parce qu’elle est loin…

IMGP2686

Mais lorsque l’on s’approche de la dune, d’autres sentiments tels que la colère ou le dégoût apparaissent.

IMGP2781 IMGP2782 IMGP2783 IMGP2784 IMGP2785IMGP2789 IMGP2790 IMGP2791 IMGP2792 IMGP2793 IMGP2794

Je constate donc que certains considèrent toujours que les plus beaux endroits ne sont que des poubelles comme les autres, sans compter les déchets plastiques et autres filets provenants de l’océan

Mais malheureusement, je n’étais pas au bout de mes surprises.

Le dernier jour, ma douce et moi décidons de couper à travers la lande, 2/3 kilomètres avant cette plage sauvage et « surveillée », au Nord .

Après une petit marche forestière, nous apercevons la dune, un peu d’escalade et on est à la plage.

 

Un truc m’interpelle mais je ne dis rien. Ma moitié me le fait néanmoins remarquer. Ça va, il n’y a pas que moi que cela perturbe

« C’est quoi ce conduit? »

IMGP2823 IMGP2824

Il vient des bois ( la première ville doit être au minimum à 3/4 kilomètres ) et passe sous la dune.

Passons..

On ne va pas se tracasser plus que ça, au sommet la vue est imprenable.

 

IMGP2822

On s’avance et là…

Je n’ai pas de mots que des photos…

IMGP2818 IMGP2815 IMGP2816 IMGP2817 IMGP2807 IMGP2808 IMGP2809 IMGP2810 IMGP2811

Un aperçu en vidéo??

Le conduit rejette une eau nauséabonde ( elle venait de là, l’odeur de l’autre jour ). Cette odeur si particulière d’un cadavre qui aurait bouffé des œufs pourris, assaisonnés au sulfure d’hydrogène. La flotte est à 30 °C, au moins, d’un aspect marron chiasse. L’océan a cette teinte sur plus de 500 mètres et il charrie une mousse dégueulasse sur facilement 1 kilomètre ( direction la plage sauvage « surveillée »). A la sortie du conduit, une jolie plaque traduite en 4 langues, nous apprends que la papeterie qui emploie 500 personnes sur le coin, déverse ses eaux usagées « principalement » non toxiques ( donc, implicitement : pas que…).

J’ai effectué des recherche sur le net ce matin, sur le sujet. Et il a l’air bien tabou dans la région, mais j’ai trouvé ce qui m’intéresse

Extrait:

 » « Les entreprises disposent de leurs propres installations de traitement des eaux usées. Elles rejettent toutes deux leurs effluents traités en mer via un émissaire partagé. »

Le document de référence de l’entreprise et le site de l’Irep  indiquent le contraire. Il s’agit de rejets directs (par opposition aux rejets indirects qui passent par une station d’épuration). La TOTALITE des produits dangereux n’est pas traitée et seul 1/3 des produits non dangereux l’est (source IREP, Janvier 2014). »

Sans compter l’état douteux de la canalisation qui achemine cette merde vers l’océan sur des kilomètres

Putain, on est allé se baigner dans ce coin. Sur la plage  » surveillée », les gens se baignent par dizaines et le courant déplace les rejets vers eux, à 3kms au Sud

Putain,la Flore et la Faune

Nous continuons à marcher en direction du Sud, en remontant vers la dune pour le coup final et fatal au moral

IMGP2803 IMGP2804

 

Comment il disait le petit homme qui se voyait grand

 » L’écologie, ça commence à bien faire »

Apparemment, cela a été appliqué à la lettre….

Combien de cas identiques le long de la côte atlantique ou aux abords des fleuves et des rivières??

La nature a trouvé son liquidateur

Et visiblement, il en est fier….