Routine de Slacker: Changement de machine

J’ai envie de vous faire partager mon expérience de Slacker. Configuration de périphériques, installation de paquets, configuration, édition de fichiers, etc…. D’où le titre.. Sujet clos

Comme je le prédisais au mois de Septembre, ma machine principale a lâché, du moins la carte mère et, par extension, le circuit graphique AMD, le tout dans un fracas de silicium… Non, je déconne

Bref, heureusement pas de pb sur le disque dur, je l’ai intégré au Dell Inspiron 1525. Dans mon malheur, j’ai eu la bonne intuition en me focalisant au fil des mois sur le NoDE, ça suffit pour les 2go de ram de la bête…

Pour les Debian (testing et Sid), ça s’est bien ficelé.. J’ai viré les firmwares concernant les composants AMD pour les remplacer par ceux dédiés à Intel..( ouais, ben j’ai pas le choix, je suis limite niveau puissance)

Par contre, pour Slackware, ça s’est moins bien goupillé.

Au premier démarrage, pas de wifi (normal, c’est la même marque, mais pas le même matos), je branche ethernet. Mise à jour (système de base, particulièrement le noyau). Toute cassée la bête.

Téléchargement d’une iso de Slackware version KDE chez AlienBob, c’est l’occasion de voir comment c’est ficelé..

Pendant ce temps, bah , à plus tard Vipeer, j’ai besoin de la place pour faire un back-up, désolé

DD a été mon ami pour le transfert de l’iso sur une clé USB

Je ne vais pas revenir sur l’installation, Frédéric Bezies l’a très bien fait dans ce billet  avec la version MATE

NOTE: Cette version est livrée avec un noyau 4.14.1. Après la première mise à jour, il a été régressé à la version 4.9.67.  Ceci explique peut-être la réinstallation du coup.

Configuration Personnelle:

Niveau d’exécution :

Je ne démarre pas en niveau 4 (X11 et Gestionnaires de connexion en mode graphique). Je préfère le niveau 3. (Mode multi-utilisateurs sans serveur d’affichage)

Le fichier concerné est /etc/inittab

Je l’édite en #root

Ce n’est pas dur, c’est la première ligne du fichier:

# Default runlevel. (Do not set to 0 or 6)
id:3:initdefault:

Si je veux changer de bureau ou passer en #NoDE, j’utilise xwmconfig à la connexion, suivi du startx qui va bien

Ce qui est sympa, avec cette version de Slackware, c’est que beaucoup d’espaces de travail sont présents par défaut : XFCE, Plasma, Lxqt, openbox, fluxbox, Lumina et d’autreswm dont je n’ai pas relevé le nom à l’heure actuelle.

Limite matériel oblige, j’ai choisi XFCE, thème breeze-dark et j’utilise régulièrement Lxqt ou openbox. Plasma n’étant là que pour que je puisse avoir un aperçu des évolutions au fil des versions, même si il tourne bien sur ce type de machine (avec quelques latences cependant, rien d’éliminatoire, mais bon, voilà quoi).

Ce qui est moins sympa, c’est la chiée de programmes présents, va falloir faire le ménage manuellement :/

Passons, j’y reviendrai dans la semaine.

Pour ceux que ça peut intéresser, sur le Dell Inspiron, la méchante bestiole qui s’occupe du wifi porte l’affreux matricule suivant (commande lspci) Network controller: Broadcom Limited BCM4312 802.11b/g LP-PHY (rev 01)

Il me faut le slackbuild broadcom-sta

Donc première chose à faire, installer sbopkg, (il faut le paquet pré-construit et n’hésitez pas à lire la doc 😀 ), le premier de la liste. Après le téléchargement, on se déplace dans le dossier concerné.

$cd /home/user/Downloads/

On passe root et on installe le paquet

#installpkg sbopkg-version-noarch-1_wsr.tgz

On lance sbopkg et on synchronise (ici, en mode semi-graphique, que j’utilise peu)

J’installe broadcom-sta

#sbopkg -i broadcom-sta

On laisse faire puis il faut ensuite éditer le fichier /etc/modprobe.d/b43-blacklist.conf et blacklister les modules suivants :

blacklist ssb
blacklist b43
blacklist bcma

On passe ensuite les commandes suivantes pour décharger les modules concernés:

#rmmod b43

#rmmod ssb

#rmmod bcma

On continue avec un petit

#lsmod | grep wl

Et on charge le module wl

#modprobe wl

Voilà pour le wifi de cet appareil

Comme vous l’avez constaté, je suis un fervent adepte du multiboot, pour cela, je dégage lilo, chargeur d’amorçage par défaut de Slackware

#slackpkg remove lilo

J’installe grub sur le Premier secteur du disque dur :

#grub-install /dev/sda

Et je lance la configuration du chargeur d’amorçage:

#grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg

Avant de redémarrer, autant basculer XFCE en français

#nano /etc/profile.d/lang.sh

Modifier # UTF-8 locales will include « UTF-8 » in the output. de la façon suivante:

export LANG=fr_FR.UTF-8

J’enregistre

Je quitte root

Je redémarre

Prochaine étape, on fait le ménage

Ce billet s’est fait avec pour fond sonore l’album « A grand love story » de Kid Loco

 

 

Publicités

2 réponses à “Routine de Slacker: Changement de machine

  1. Bonjour , je lasse pas de te lire , toujours très bien documenté…. Merci. passe de bonne fête de fin d’année