Débutants:Debian Gnu/Linux Stretch (KDE)-1ère Partie-Prise en main et finalisation.

En premier lieu, désolé pour l’attente, mais j’avais d’autres chats à fouetter ces derniers temps. Il s’avère également qu’il est, par moment, difficile pour moi (avec mes habitudes) de simplifier les choses. Pas évident de revenir à un mode de fonctionnement basique et graphique alors que j’ai abandonné cette façon de faire depuis tant de lunes….

Merci d’être indulgent, je découvre en même temps que vous 🙂

Comme d’habitude, je reste neutre. Je ne prêche pas pour une chapelle ( d’autant plus que l’année qui vient de passer m’a fait prendre prendre conscience que je suis autant un utilisateur de Slackware que de Debian, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’âge et la raison, je pense. )

J’aimerai revenir sur une ou deux  choses essentielles à prendre en considération avant de choisir Debian pour son utilisation journalière:

-L’ avantage/problème de Debian est que cet OS est fourni uniquement avec des logiciels libres. Pour l’instant, je n’évoquerai pas les cartes graphiques (puisque les pilotes libres fonctionnent très bien), je reviendrai sur ce sujet à la fin de cette série sur Debian ( pour ceux qui veulent utiliser leur matos à fond) avec l’installation du pilote propriétaire de ma propre carte graphique Nvidia (on verra si la légende affirmant que c’est une galère sans nom est fondée 😀 )

-Le problème le plus pénalisant, surtout à l’installation, reste le non-support de la plupart des pilotes gérant le Wifi. Par précaution, mieux vaut utiliser une prise ethernet ( ou placer le « blob ».deb sur une clé USB tierce, permettant ainsi à l’installateur Debian de gérer le wifi . Il vous demandera lui même si vous possédez le pilote adéquat sur un support externe) pendant l’installation. Pilote que l’on trouve aisément chez Debian, en cherchant un minimum. Si ce genre de chose vous rebute (normal, nous ne sommes pas tous à l’aise avec l’outil informatique), optez pour une autre distribution dont la structure permet l’utilisation de pilotes non-libres dès l’installation.

[NOTE]: Autant prévenir les « p(f)ur(m)istes(?) »  qui lisent ce blog, et voudraient venir jouer les trolls dans les commentaires,  que nous allons voir dans ce billet comment contourner certaines restrictions avec l’ajout des dépôts « Contrib » & « Non-free » de Debian. Sachant qu’ici, la règle est toujours la même : Commentaires pertinents, argumentés =validés ( sachant que je me fous de la forme, puisque seul le fond est digne d’intérêt) et les débiles=corbeille

Si l’utilisateur final trouve que sa machine fonctionne très bien sans blobs proprio et qu’il a envie, du coup, de s’en tenir à l’utilisation de logiciels libres exclusivement, c’est son choix. Celui qui voudra utiliser des logiciels non-libres aura ce choix également puisque Debian le propose ( je cite :  » Ainsi, bien que les travaux non libres ne fassent pas partie de Debian, nous prenons en compte leur utilisation et fournissons donc l’infrastructure nécessaire (à l’image de notre système de suivi des bogues et de nos listes de diffusion »)). .

Pour en savoir plus, jetez un œil ici  et

Cela ne veut pas dire que l’un vaut mieux que l’autre (à titre personnel, je suis pour l’utilisation de Debian 100% Libre mais, s’il s’agit de faire fonctionner du matériel récalcitrant, aucune hésitation à avoir quand à l’utilisation de blobs proprio. Tant pis, ma machine ne sera constituée que de 99,9% de logiciels libres, ce qui fera de moi un traître à la cause auprès des puristes, dont l’avis m’importe peu…) . Ce qui me permet de passer à …

..un dernier point. Je suis sur Debian depuis 15 bonnes années, certains utilisateurs de cette distribution  pensent que Debian est réservé à l’ « élite » des utilisateurs gnu/linux et doit être utilisé « Full Libre » et, dans ce cas, sont assez méprisants avec les nouveaux arrivants sur Debian. Si vous avez à faire à ce genre de personnage, vous pouvez tranquillement lui faire caca sur la tête (ou dans la bouche, hein) et le zapper. Trop sectaire pour discuter.

Certes, ils sont une minorité, mais comme pour les électeurs ( c’est l’analogie la plus pertinente à mes yeux), ce sont les plus rigides et extrêmes qui ont les plus grandes gueules ( qu’on entend/lit le plus) et qui font donc le plus de dégâts vis à vis de la chapelle pour laquelle ils prêchent (alors qu’ils n’ont pas forcément matière à l’ouvrir. Qu’ils s’en tiennent à « leur »choix, dont on se fout royalement puisque c’est le leur.), rendant la majorité de bonnes volontés inaudible.

Pour un adepte de l’humour absurde, c’est le pied…

Pour les autres, une plaie.

Et malheureusement, quelque soit la distribution que vous utiliserez, vous n’échapperez pas à ces énergumènes, (blogs, forums, IRC,…). Autant en être conscient.

C’est une partie du côté obscur du monde de l’informatique libre (mais pas que…), autant n’y prêter aucune attention.

Ignorer ces quelques illuminés est salutaire pour le logiciel libre en général et, bonus, ça les énerve 😀

 

1/Post-Installation

La littérature concernant l’installation du système étant foisonnante sur le net, je n’ajouterai pas de pierre inutile à l’édifice. Une source, néanmoins.

Je rappelle que j’ai utilisé une image live de Debian pour l’installation, incluant le bureau KDE/Plasma

Lors de cette même installation, on a crée un compte Administrateur et un compte Utilisateur.

D’une façon générale, n’oubliez jamais vos mots de passe, ce sont les clés de votre système Debian( ce n’est pas un troll, je parle de vécu)

Compte Administrateur (#Root):Il permet de modifier le système en profondeur. C’est le premier mot de passe qui vous est demandé pendant l’installation

Compte Utilisateur: Il permet de se connecter à une session, d’appliquer certaines opérations ne mettant pas en péril la structure du système ( mises à jour, par exemple)

Première mise à jour:

[NOTE] : A ce jour, l’environnement de travail KDE est devenu très fiable dans l’utilisation et l’administration graphique du système (comme la plupart des bureaux les plus connus et utilisés). N’oubliant pas que cette série sur Debian est exclusivement dédiée aux nouveaux utilisateurs, nous allons tenter de n’utiliser que les outils KDE (graphiques, par définition).

Une fois connecté à votre session KDE Plasma, un pop-up vous avertit que des mises à jour sont disponibles.

Le gestionnaire de logiciels qui s’occupe de ceci se prénomme Découvrir 

[NOTE]:C’est une sorte de logithèque. Je n’ai pas d’avis, je n’utilise pas ce genre de choses. Mais ça m’a l’air bien foutu pour des utilisateurs classiques, bien qu’encore balbutiant par rapport aux nouvelles versions du logiciel arrivées depuis la sortie de Debian Stretch.

Donc, pour les mises à jour, c’est OK mais nous utiliserons Apper pour l’installation de logiciels et la gestion des dépôts (plus… simple. Disons plus complet.)

On clique sur mettre à jour:

 

On vous demande votre mot de passe utilisateur

Les mises à jour sont téléchargées et appliquées

Il est l’heure de redémarrer le système avec le nouveau noyau.

2/Gestion des Logiciels (Réglages, dépôts)

Si, pour appliquer les mises à jours nous avons laissé faire Découvrir (réglages par défaut de KDE), nous allons utiliser Apper (autre outil KDE) pour cette partie. Les modifications effectuées dans Apper étant prise en compte par Découvrir (au niveau des dépôts)

Accessible dans le menu K

L’interface d’Apper

Comme vous pouvez le constater, on ne peut faire plus simple. Nous allons y revenir.

[Les Logiciels des dépôts Contrib et Non-free]

Par défaut, Debian est livré avec le dépôt ne fournissant QUE des logiciels libres.

Si cela convient à l’utilisateur que vous êtes, ce qui suit ne vous concerne pas.

On clique sur le bouton en haut à droite.

Configuration

Origine des logiciels

On a la liste des dépôts.

On clique sur modifier les origines

On entre son mot de passe administrateur cette fois, puisque l’on va toucher l’un des points sensibles du système

 

On coche « Contrib » et « Non-free » . La nature de ces dépôts est expliquée en commentaire.

(voir la capture ci dessous). C’est votre choix.

Onglet suivant (Other Software) :On ajoute le dépôt Multimédia

On clique sur Edit, on commente de la façon suivante et on valide par OK :

Onglet suivant (updates): on règle la politique de mise à jour

Le dernier onglet sert à valider l’envoi de statistiques concernant l’utilisation des logiciels à Debian

Il n’y a rien à modifier dans l’onglet  » authentification »

On valide le tout ( les dépôts sont interrogés )

Pour éviter des problèmes de clés de dépôts, on installe immédiatement le paquet

« deb-multimedia-keyring » (à taper dans le moteur de recherche de Apper)

 

Je vous rappelle que pour valider l’installation de logiciels (comme pour appliquer les mises à jour), il suffit de votre mot de passe utilisateur

Explorez les catégories de Apper, peut-être cherchez vous déjà certains logiciels à installer.

Je vous donne la liste essentielle des blobs à installer. Nous verrons la partie installation de logiciels ( plus détaillée, ceci n’est qu’un survol), le multimédia & les codecs dans le prochain billet, consacré à KDE/Plasma.

  • linux-headers (amd64): ce paquet est indispensable pour les pilotes de cartes graphiques Nvidia (ça y est, ça a fait « tilt » là dedans??? Désolé pour cet écart, cette réflexion est destiné à un sombre idiot), il permettra  la compilation du pilote puisque son installation inclus tous les logiciels qu’il faut pour compiler son pilote.
  • firmware-linux (free & non-free): paquets génériques contenant les microcodes pour Processeurs Intel et Amd64, amd-graphics et d’autres blobs permettant l’optimisation de sa machine

Concernant le wifi, il vous suffit de la marque et de la référence de votre chipset et de faire une recherche dans Apper.

(exemple avec realtek ci-dessous)

Jusqu’à présent, aucune de trace de Terminal et autres lignes de commande…

Si vous sentez que vous avez besoin d’un support supplémentaire concernant votre Debian , vous pouvez vous plonger dans les cahiers du débutant du collectif 3hg, et plus spécialement de l’ami Arpinux

 

Ce billet a été rédigé avec pour fond sonore une petite pépite que j’aime me passer de temps en temps.

Il s’agit du morceau « Nous n’avons fait que fuir » de feu Noir Désir

 

 

 

 

8 réponses à “Débutants:Debian Gnu/Linux Stretch (KDE)-1ère Partie-Prise en main et finalisation.

  1. Hello,

    Merci pour l’article. Sous Debian, que donne Plasma en termes de traduction ? J’avais cru déceler pas mal de franglais. Tu conseilles Apper plutôt que Muon ?

    • Salut, plutôt pas mal niveau traduction. Pour ce qui est des gestionnaires de paquets, j’ai opté pour Apper. Après, chacun fait ce qu’il veut et utilise ce avec quoi il est le plus à l’aise… Comme je suis plus un habitué du terminal, je n’ai pas vraiment d’avis sur ces logiciels…Donc pas spécialement de conseil à donner

  2. C’est pas trop gourmand Plasma, car maintenant que j’ai pris goût à Lxde et ses 370 Mo au démarrage, cela me fait tout drôle quand je change d’environnement ?
    A pluche.

    • ‘lut.
      Alors sur la même machine:
      -Openbox +Tint2 +conky = 250 Mo de ram bouffée (Debian Sid)
      -KDE/Plasma = 520 Mo et, à mon goût, bien plus « fluide » que Gnome… (Par contre, je n’ai pas fait attention à la consommation de Gnome lorsque j’étais sur Ubuntu)
      @+

  3. bonjour , maintenant j’attends que tu t’étales sur tes impressions et ton ressenti sur plasma KDE .
    passe d’excellente fêtes …

  4. Bonjour,
    Merci pour l’article 🙂 Pour info, Debian produit des images d’installation Debian avec les pilotes non-free inclus. Bon, elles ne sont pas « officiellement supportées » par Debian, mais tout de même produites par le projet. Et c’est diablement pratique quand on a du matériel récalcitrant. Par contre il est toujours nécessaire d’activer manuellement les dépôts contrib / non-free après installation (même si on a, du coup, déjà des paquets non-free d’installés).

    Bonne soirée !

    • Hello
      Oui, je suis au courant pour les lives non-free… là aussi, j’ai vu des machines ne pas booter avec ce type de live ( ce qui n’est pas un cas isolé, ça m’est arrivé avec d’autres distributions…
      Ben, bonne journée du coup 🙂