Albums Incontournables: « Utopia »- No One Is Innocent (1997)

En attendant le billet sur une mise à niveau du pc d’un utilisateur tiers (dont j’ai en charge le pc puisque c’est moi qui est installé la distribution) de La Mint 18.3 vers la 19 et un autre sur dndragora ( le gestionnaire graphique de paquets de la Fedora que tout le monde déteste, surtout ceux qui n’utilisent pas Fedora), un petit billet musique.

Il y a des galettes, comme ça, qui se posent comme référence. Utopia en fait parti.

Une nouvelle façon de faire du rock, à cette époque. J’ai connu No one Is innocent lors de la sortie de leur premier album éponyme ( 1994 ), avec des titres tels  » La peau », « Ne reste-t-il que la guerre pour tuer le silence? » ou encore « Another Land », qui parle du génocide arménien, peuple dont est issu Kemar, le chanteur du groupe.. Ça reste du bon rock, niveau du son, un peu énervé sur les bords.

Puis arrive 1997 et la sortie de ce deuxième album.

On a rarement entendu cela.David Defour (le gratteux) utilise une guitare spéciale à trois cordes ayant pour support une vieille gratte classique ( l’ayant vu sur scène quelques mois plus tard dans une petite salle de concert sur Nancy, c’était assez lunaire comme instrument. Et ce son….)  , des beats franchement Electro (Nomenclatura, Ce que nous savons), des sonorités carrément industriels (Autobahn babies, Radio 101), des textes au ciseaux..

Maurice Dantec ( l’écrivain du moment dans la littérature noire , bien avant qu’il ne perde totalement les pédales, l’esprit ravagé par sa folie mystique ) a participé à quelques morceaux.

Cet album, on n’en parle pas. On l’écoute.

 

2 réponses à “Albums Incontournables: « Utopia »- No One Is Innocent (1997)

  1. Classique représentatif de cette époque comme l’étaient ceux de Mass Hysteria, Lofofora…Quand la fusion faisait recette avec des textes en français, du sens. Qu’il parait lointain ce temps.