Fedora: Aucun problème à déplorer…

… lors du passage prématuré à la version 32 que j’ai effectué le week-end dernier.

J’ai laissé la totalité des dépôts activés (DNF gère ça très bien)

Pour la mise à niveau, je vous laisse repasser par ce billet

(Tout en rappelant que cette fois-ci, on passe de la version 31 à 32  😀 )

 

(ci-dessus, mise à niveau du week)

Voilà, voilà , donc ce matin, petite mise à jour (dont le kernel ) et tout reste en parfait état de fonctionnement, validant de plus en plus la vision toute personnelle que je me fais des systèmes GNU/Linux à l’instant -t : c’est très stable (même en pré-version), de moins en moins périlleux ( quoiqu’on a  constaté que le modèle rolling des Archers n’était pas le modèle ultime et parfait, quoiqu’ils en disent, après la mésaventure liée à Samba pour beaucoup d’entre eux. C’est bien, ça fait dégonfler les melons des users de Manjaro par la même occaz’ 😀 Puis, va rester  crédible, sans passer pour un crétin borné, en affirmant que le rolling, c’est mieux que le fixed après ce genre de trucs. C’est beaucoup plus compliqué que ça, qu’on le veuille ou non ).

Autrement dit, à quelques exceptions prêts ( en raison du concept ou de la conception), tout cela est parfaitement mature.

Et Fedora n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Pour mes besoins actuels, je me suis vu ajouter un dd ( un truc de 100 Go qui trainait au fond d’un tiroir) et installer une Debian Stable sur le poste fixe (en plus de Fedo et de Win dont j’ai besoin pour mes « cours ») et pareil, une horloge atomique. Horloges atomiques, également, la Debian Unstable et la Slackware-Current du laptop…

Je ne me souviens même plus la dernière fois que j’ai eu un bug bloquant sur un de ces OS, tellement c’est loin (et je compte en années).

Parfait, ça me va. Surtout qu’on voit de moins en moins de grands gourous guignolesques (Forums et blogs) en mode : « Je suis un Dieu parce que je maitrise tel ou tel OS, seule ma parole et mon avis comptent » trainer sur le net. Mais c’est vrai qu’ils existent encore quelques puceaux qui tombent dans ces travers parce qu’ils ont installé Ubuntu seul, mais bon, un petit taquet virtuel derrière les étiquettes et ça se calme…. 😀

En parlant d’Ubuntu, j’y reviendrai vis à vis de l’ultra-portable Schneider SCL141CTP  et accessoirement comment se débarrasser des paquets( 2/3 paquets, hautement vitaux pour le système comme cartes ou calculatrice, lol ) et du gestionnaire de paquets Snap juste après l’install (minimale, of course), easy et sans que cela ne pose le moindre problème (du moins pour ceux que snap dérangerait)….

Les conflits à ce sujet sont une fois de plus du vent pour polémistes en manque de clics, qui vomissent leur fiel sans chercher plus loin que le bout de leur nez.

Comme celui là en ces temps de coronavirus…

Comment il s’appelle déjà…

Ah ouais, Gargamel…

 

Allez, bonne journée, perso, faut que je me réveille un peu 😀

 

17 réponses à “Fedora: Aucun problème à déplorer…

  1. A part ça :  » … il existe encore quelques puceaux qui tombent dans ces travers parce qu’ils ont installé Ubuntu seul  » . Ok, d’ailleurs c’est mon cas, mais il faut aussi savoir que pour la plupart des gens le but c’est de pouvoir utiliser le Pc pour aller en ligne, donc les installations compliquées … ne trouvent pas beaucoup d’adeptes .

    • Ce qui me fait rire, c’est justement qu’ils viennent donner des leçons d’utilisation à des users avancés 😉
      J’adore

  2. Ce matin, j’ai voulu faire une mise à jour sur une endeavouros, un pc de récupération et c’est parti en ouille, et comme ce n’est pas la première fois je me suis rabattu sur une LMDE4, on verra comment cela se passe dans le temps.
    A pluche.

    • Hello, connais pas endeavourOS.Donner le nom d’une navette spatiale à son Os et le regarder se crasher…
      C’est d’un pathétique…
      😀

    • Pas de Wm sur le poste fixe, je ne suis pas seul à l’utiliser 😉
      Et question desktop, KDE5 se pose là 🙂
      Après, les goûts et les couleurs

  3. KDE for ever, du slackware, debian, fedora et portant pas d’opensuse réputée pour être à la pointe de ce bureau là, une explication? je trouve cela amusant, bizarre, étonnant.

    • Opensuse qui ne répond pas à ma vision de l’utilisation d’un système (même si j’y ai trainé un petit moment, une dizaine d’années en arrière)…
      Que veux tu, y’en a pour qui Arch est la référence, d’autres qui ne veulent pas entendre parler d’autres choses que d’ubuntu, d’autres qui détestent Debian….
      Faut de tout pour faire un monde, hein…
      Le De n’est qu’une interface utilisateur et j’accorde plus d’importance au système qui le fait tourner… Le fond & la forme, comme dirait l’autre…
      La forme ne m’intéresse pas..
      Pour Slackware, c’est du current, je tourne sur Openbox 99% du temps (tout en jetant un oeil à ce DE). Sur Sid, c’est la même…
      Le fixe , c’est du desktop et KDE correspond aux besoins de tout le monde 🙂
      Ce qui ne m’empêche pas de dire que KDE4 était immonde, que Gnome 2 était parfait et que Gnome 3 ne m’intéresse pas…
      Voilà, là aussi, les goûts et les couleurs…
      Et ceux à qui ça ne plait pas, ben, y’a d’autres endroits pour ce genre de débat foireux (tel ou tel bureau est mieux que l’autre, telle ou telle distro est mieux que l’autre, tel bureau est plus adapté à telle distro… Du vent à clic, tout cela). 😉
      Moi aussi, j’ai une question: qu’est ce qui fait dire que Plasma est plus adapté à Opensuse qu’à Debian, Slack ou Fedo? Tu les utilises??
      Simple curiosité 🙂

  4. Pas de guéguerre pour moi. Je trouve ta réponse très intéressante.
    Slackware, jamais réussi à l’installer, pas le talent.
    Les autres oui, souvent avec leur DE par défaut.
    Je dit pas qu’il est plus adapté, je dis, et d’après mes lectures, que KDE serait utilisable de manière la plus fidèle au projet sous opensuse.
    Car DE proposé par défaut pendant longtemps, opensuse gros contributeur à KDE.
    KDE serait proposé de manière plus brute de décoffrage sous debian, fedora,…
    Ce n’est qu’une impression, dû à mes lectures ça cet là, pas un jugement ou quoique ce soit.
    Quand on aime KDE et qu’on utilise plusieurs distros, on peut s’attendre à ce qu’une opensuse se glisse dans le lot.
    Tu n’apprécie pas ce système, j’ai mon explication, tout va bien.

    • Ok, je voulais prévenir en cas de tentative de trolls 😉
      KDE est historiquement lié à Slackware et ça se sent. Même si Plasma n’est pas intégré vraiment pour l’instant dans le dépôt Officiel, le résultat est très bon.
      (mais je n’utilise pas la suite complète de logiciels KDE, donc beaucoup de choses à virer à la mano après une install)
      Comme sur Debian
      Comme sur Fedora
      (Et là, j’ai le bureau en version minimal, ce qui est le but pour ma part)
      Je ne pense pas qu’une distribution intègre mieux un DE plutôt qu’un autre. Je veux dire (même si je n’utilise pas) Gnome, KDE et les autres sont comme le reste: mûrs. Que l’on aime tel ou tel DE importe peu au final.
      Ils fonctionnent aussi bien sur une Arch, une Debian, une Kubuntu, une gentoo, etc…
      Je dirais que si défaut d’intégration du DE il y a de nos jours, c’est que la distro a été construite avec les Pieds.
      Pour le cas Opensuse, je pense que ce qui fait cette réputation, c’est que ses outils spécifiques ont été parfaitement inclus dans les Desktops (pour l’avoir utilisé dans le passé et être allé jeter un globe oculaire dessus vite fait via Tumbleweed & Gecko il y a quelques lunes maintenant ) et le sérieux de la maison Suse a fait le reste. Précision, c’est pas que je n’apprécie pas le système. mais:
      1/Je préfère voir ce que je fais dans un terminal
      2/Je trouve qu’Opensuse va tellement loin dans ses options de réglages (via Yast2) que ça peut vite devenir dangereux pour l’utilisateur
      qui ne connait pas vraiment l’informatique
      3/Avec le temps, j’ai trouvé que Fedora était vraiment La distro à utiliser pour ce qui est du .RPM. Encore une fois, les goûts et les couleurs. Puis, je n’échangerai pas 1 paquet d’administration en mode Terminal contre 3 paquets d’outils de configuration en mode graphique. C’est un choix. Et justement, c’est pour cela que je suis sur gnu/linux, la liberté de choix (Celui que j’ai, celui que tu as, etc. Pas plus discutables les uns que les autres puisque on nous donne cette liberté)… Je trouve ça génial, et tant pis pour les frustrés, que je peux lire un peu partout, qui passent leur temps à vomir sur ce qui n’est pas « eux »…. 🙂 (j’ai bien un truc pour ces gens, mais je peux pas, y’a des enfants qui lisent :p )

      ah une autre chose, tu me dis : « Slackware, jamais réussi à l’installer, pas le talent. »
      Je te réponds que ce n’est pas une histoire de talent, il n’a rien à voir là dedans.
      Je pense que c’est comme pour le reste, la peur de ne pas y arriver, de mal faire, de sortir des sentiers battus ou ne pas comprendre.
      Les machines virtuelles et les wikis sont tes amis dans ce cas, tu peux installer, réinstaller, re-réinstaller. Et une fois que c’est ok, pourquoi ne pas switcher vers ce qui te plait en dur…( ou le laisser en VM 🙂 )

  5. Je suis bien d’accord avec toi, c’est la force du libre, ce choix. Et c’est tellement bon d’avoir le choix.
    Là je viens d’avoir la remarque de madame qui au final n’apprécie pas trop Gnome, comment c’est fichu, la barre en haut, bon… Va falloir lui changer ça.
    J’aime bien opensuse et à la fois pas tant que ça : oui à la limite y’a trop de configuration, de paramètre et je trouve l’ensemble lourd. C’est l’impression qu’elle me donne.
    Pour Slackwware, ben c’est un constat. Comme pour arch. J’ai essayé mais jamais réussi. Bon, faudrait persévérer, j’aimerai bien y arriver, c’est vrai. Qui sait, à force..
    La seule que j’arrive à peu près à gérer au terminal, c’est Debian, mais il ya tonne de docs en français dessus.
    Là je suis sur manjaro xfce, ça marche mais au final je maîtrise pas le système. J’allume, je fais les mises à jour mais tout en graphique.
    Au terminal, j’en suis incapable.
    Y’a du boulot!
    Pis pour le match Gnome / KDE, comme ça risque de converger, c’est pas un problème. Au final, on arrive à lancer le même logicielet à bosser, c’est le principal.
    D’ailleurs, j’ai été surpris de voir autant de paquets de KDE proposé dans le store Fedora. je m’attendais à du full Fedora / Gnome / GTK et c’est pas le cas.

    • De mon côté, Madame est Cinnamon depuis des années sur sa machine perso (Mint)
      Etant donné que pour ma part, c’est pas ma tasse de thé, KDE a été un bon compromis sur le fixe (elle a sa session, avec configuration basique)

  6. Oui, ou xfce du coup. Tout le monde a l’air de l’apprécier ici (enfin du moins ils s’en plaignent pas). faudrait que je rejette un oeil à kde, comparer à xfce voir les + et les -.

  7. J’utilise OpenSuse (Tumbleweed) sous KDE et il est vrai que cet environnement de bureau est très bien intégré dans la distribution, sachant que Suse est l’un des principaux contributeurs à KDE (il me semble même que c’est la maison mère de KDE comme Fedora est celle de gnome et Mint celle de cinnamon sans parler de Solus pour Budgie).
    Je n’utilise quasiment pas Yast, je fais toutes les configurations à la main en terminal il n’y a donc aucune obligation de se laisser envahir par le couteau suisse de la distribution.
    J’apprécie OpenSuse pour la qualité de la finition du desktop elle est très agréable à l’utilisation. J’avais testé Gecko qui n’est qu’un respin d’OpenSuse avec un installateur Calamares et quelques dépôts multimédia à peine utiles (Crome et Skype) sachant que le dépôt communautaire Pakman que l’on trouve aussi sous Gecko peut être ajouté en deux secondes sous OpenSuse.
    J’utilise également KaOS une LFS plasmaisée très sympa pour un usage purement bureautique mais qui dispose d’une logithèque assez limitée au-delà.
    J’ai testé il y a quelques temps la Fedora Rawhide mais je n’ai pas été emballé, une version de développement ne mérite pas d’être mise en avant, elle est trop instable au quotidien.

    • hello
      « J’ai testé il y a quelques temps la Fedora Rawhide mais je n’ai pas été emballé, une version de développement ne mérite pas d’être mise en avant, elle est trop instable au quotidien. »
      La version Rawhide n’est pas une version alpha ou beta de la Fedora
      Pour imager rawhide = Stable +2 (si on peut dire ça comme cela) tandis qu’ alpha & beta= Stable +1 😉
      Si tu te renseignes bien, tu constateras que lorsqu’une version de Fedora passe en Alpha, Rawhide continue son petit bonhomme de chemin. Je l’ai utilisé un petit peu et elle casse trop souvent (ou alors limite dans une VM)…
      Pour Opensuse, bah, c’est une bonne distro qui ne convient aucunement à ce dont j’ai besoin.
      Donc aucune raison de l’utiliser, ni d’en parler, ni de la descendre…
      Mes choix s’arrêtent sur Debian, Fedora et Slackware et ceux que cela dérange, ben qu’ils aillent voir ailleurs si j’y suis
      Pas le temps de m’intéresser au reste et aucune envie de le faire (sauf lorsqu’il s’agit de faire des installation tierce et là, c’est selon les désirs de la personne en face de moi et sans interférence de ma part. D’ailleurs, faudrait être un gros connard pour proposer à un newbie d’utiliser ce qui me convient, on comprend bien pourquoi. Et j’en ai conscience, contrairement à d’autres).
      La stabilité étant là à peu près partout, les choix et les avis des autres ne m’intéressent pas vraiment, sauf si ça ne tombe pas dans le prosélytisme (et comme la plupart du temps, ce n’est pas le cas)…
      Je l’ai déjà dit ici, Gnu/linux j’ai fait le tour. 😉
      Puis là, je suis plus occupé par la découverte des serveurs (Linux et Windows), des réseaux et les 7 heures de cours/jour.
      Ah si, je me suis fait une USB avec KissOs, histoire d’avoir toujours un système robuste et light dans la poche 😉