Windows 10 : GodMode

Créer un dossier répondant au doux nom de (.{ED7BA470-8E54-465E-825C-99712043E01C}) sur votre bureau.

Astuce connue des users Windows, perso, ça fait un an qu’elle me sert bien quand je m’égare sur cet OS, en dehors du cadre pro.

On accède plus facilement à l’essentiel sans cliquer X fois pour atteindre son but

Debian Med : Orthanc, Imagerie médicale

Comme je l’avais signifié dans un billet précédent, le fait de bosser dans le domaine hospitalier, à l’instant -t, stimule ma curiosité vis à vis de ce qui est proposé niveau logiciel libre.
Du coup, j’ai installé Orthanc, un serveur autonome Dicom libre  » conçu pour améliorer les flux de DICOM dans les hôpitaux et pour soutenir la recherche sur l’analyse automatique des images médicales. » dixit son créateur

Firefox présentant une incompatibilité ( faut que je cherche pourquoi), j’ai choisi d’accéder au serveur via… Edge pour Linux (ouais, je sais, je teste un peu tout et surtout n’importe quoi, parfois ça me fait marrer)

Je ne vais pas entrer en profondeur dans le sujet ( je n’ai pas le temps de faire ça en un week-end ), même si çela parait simple d’usage.
J’ai téléchargé des fichiers .dmc test sur le site de Dicom ( 3/4 archives en tar.bz2 sur une banque assez impressionnante ) et j’ai commencé à passer les fichiers en .dmc dans la visionneuse de l’interface web. (je n’ai pas fait beaucoup de captures, il y a des centaines de fichiers)

Lire la suite

Slackware 15 (Release Candidate): Installation et configuration de A à Z (ou presque ) – Partie 2 : Post Configuration

Il ne restait plus qu’à laisser démarrer le système dans le billet précédent.

Premier contact avec le bootloader Lilo (elilo pour les machines avec UEFI embarqué)

Voilà, on se retrouve devant la demande d’identification.

Il n’y a que l’utilisateur root qui a été créé jusqu’à présent.

Rappel:

Il est STRICTEMENT déconseillé (et pour être plus strict, je dirai INTERDIT) de rester connecté en ROOT sur une machine, cliente comme serveur.

Root est l’administrateur du système. Il ne sert qu’à apporter des modifications aux fichiers systèmes ou administrer une machine.

L’utilisateur n’a pas accès aux fichiers systèmes et c’est lui qui doit être utilisé au quotidien.
Je le répète on ne reste JAMAIS connecté avec ROOT (ce message s’adresse surtout aux utilisateurs plus ou moins novices. Les users avertis, et administrateurs systèmes, étant nécessairement au courant de cette règle)

Un exemple simple (pour comprendre):

Lire la suite

Slackware 15 (Release Candidate): Installation et configuration de A à Z (ou presque) – Partie 1 : Installation

1/ Récupérer l’iso ICI

Je conseille le DVD d’installation ( par prudence, on n’est jamais à l’abri d’une panne de réseau, n’est ce pas ? )

J’utilise VmWare pour ce qui est de la machine virtuelle (sur un portable équipé d’un I5 et de 8 Go de ram, avec les mêmes OS que le fixe: Slackware, Fedora et Debian), à l’heure où le jour n’est pas encore levé et où Madame s’apprête à débuter son week-end en horaires dit « coupés ».

Un café, un accompagnement musical paisible et feu. (je ne fais pas ça d’une traite non plus, alors ne faites pas attention aux heures affichées. Il faut compter 20 minutes avec une machine récente pour l’installation initiale)

On lance l’Iso

La première chose à faire est de choisir la disposition du clavier

On teste, on valide (si c’est déjà trop old-school pour vous, pas la peine d’aller plus loin ^^)

Lire la suite

Albums incontournables: « Purpose Maker » -Jeff Mills- 1997

Jeff Mills. La première fois que je suis allé dans une soirée techno ( j’avais des réticences), je devais avoir 22 ans.

Je me souviens pourquoi. On était 2 (plutôt axés Rock) à avoir fait un deal avec un ami, du genre:

« Moi: ça serait cool que tu viennes voir Mass Hysteria, la semaine prochaine, avec nous.

Lui: Ok, si vous venez voir Jeff Mills ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeff_Mills ) avec moi la semaine d’après

Moi: Jeff Mills? Connais pas

Lui:C’est de la Tek

Moi: Mouaaaais, je ne suis pas trop tek

Lui: Attends, je te fais écouter son dernier skeud…. »

C’est comme ça que j’ai découvert « Purpose Maker » de MONSIEUR Jeff Mills

Du coup, ben deal

Je n’oublierai jamais cette soirée, j’ai découvert que la techno était une musique à part entière. Surtout lorsque le Set est exécuté par LA référence.

J’espère qu’il n’a pas oublié son premier concert de Mass Hystéria ( Sortie de Contradictions)

Voici le set vidéo accompagnant la sortie de l’album « Purpose Maker »

Pourquoi je vous parle de ça?

C’est parce que c’est ce que je suis en train d’écouter « Live @t Liquid Room » (Tokio) à l’heure où je vous prépare un billet sur l’installation et la configuration de Slackware 15 RC1 (current), que je publierai probablement le week prochain.

Live @t Liquid Room, Tokio – « mix-up the vol.2 » est le Live (lors de la tournée Purpose Maker) auquel j’ai eu droit (en gros) lors de cette soirée mémorable (pour moi) au Terminal Export de Nancy (54)

Bon week, les gens 🙂

Slackware-current : une masse de mise à jour

Slackware 15.0 est passée en RC1 il y a maintenant 2 semaines

Cependant, une énorme mise à jour a pointée le bout de son nez ces derniers jours, en plusieurs vagues,dont…
le kernel 5.14 .

Le changelogs ici : http://www.slackware.com/changelog/current.php?cpu=x86_64


Vu la stabilité du truc (peu importe le DE ou NoDE, y compris Gnome), je pense que cette version prouvera que l’attente (5 ans) en valait la peine, surtout après les changements majeurs qu’ont connu les autres distributions en ce laps de temps.

Bien sûr, les users comme moi resteront sur la branche current (vu la stabilité et la maturité de l’ensemble de l’écosystème ), les gars qui sont plutôt serveurs ou « on s’en fout, du moment que ça tourne » en auront pour leur attente.

Bon, une petite ballade avant de sombrer dans les bras de Morphée

Albums incontournables : Casey – « Libérez la bête » – (2009)

Je pensais que le rap était mort, il y a une dizaine d’années.
Un scène « Hip Hop » ignorante de la langue (matière première du truc), pathétique, représentée par des têtes d’enclumes à l’intelligence de limaces n’ayant rien à dire.

Puis j’ai découvert Zone Libre, Hamé et, surtout, Casey sur l’album « L’angle mort »

C’est plus particulièrement le côté sombre et glauque de Casey que j’ai aimé

Les goûts et les couleurs….

Son album « Libérez la bête » est très bon, très bien écrit et sans concessions.


A se mettre dans les oreilles en se disant que le hip hop n’est pas mort, finalement, malgré les 90 % de pitres qui inondent cette culture par leur médiocrité.

Commentaires fermés sur Albums incontournables : Casey – « Libérez la bête » – (2009) Publié dans Albums incontournables