Débutants: Ubuntu Studio- 2ème partie – Réglages du bureau XFCE & Gestion du matériel

XFCE est le bureau par défaut d’Ubuntu Studio

Un peu d’historique (contrairement à Cinnamon que nous avons vu avec Mint, XFCE a plus de 20 ans, ça mérite un historique rapide, non?)

XFCE fait partie de ces bureaux qui étaient déjà en vie lorsque j’ai débuté sur Gnu/Linux.

C’est un environnement qui est né en 1996, mais n’a pas été intégré par les distributions de l’époque car il utilisait une base non-libre, le toolkit xforms. C’est en 1998, pour sa version 2, que le gestionnaire de fenêtres xfwm est intégré. Le toolkit GTK+ remplacera xforms en 1999 pour la version 3 du bureau, permettant enfin à ce dernier d’être considéré comme libre et inclus aux dépôts officiels de la plupart des distributions (On parle de Debian, Slackware ou encore Red Hat, en cette fin de siècle)

Début 2001, XFCE est estimé comme terminé pour sa version 3.8. La base est fonctionnelle et performante. Puis la version 4 sort en 2003, avec le passage à la boite à outils GTK2 . Nous sommes toujours, actuellement, dans la série 4.xx (4.12). Je ne sais pas trop où en est la migration vers GTK3 mais j’avais lu quelque part que la version 4.13 serait entièrement basée sur cette nouvelle version

-Particularités

3 principes fondamentaux font les fondations de XFCE: Rapidité, économie des ressources et simplicité. Il est basé sur plusieurs logiciels, qui peuvent être utilisé de façon individuelle sans que le système ne se retrouve surchargé de dizaines de dépendances, à la différence de GNOME ou KDE.

Xfce dans sa configuration ( placements des tableaux de bord, celui du bas sert de Dock) par défaut sur une Zenwalk (avec un joli jeu d’icônes).

Entendons nous bien : sans le travail des distributions pour le rendre agréable aux yeux de l’utilisateur Final, XFCE est tout simplement MOCHE. Je sais, ce n’est pas ce à quoi des types comme moi font attention (quoique), du moment que ça tourne… Mais, j’ai constaté, avec les années, qu’une belle apparence joue dans le choix d’un utilisateur « classique ». Lire la suite

Publicités

Débutant: Ubuntu Studio-1ère partie- Explication du choix, Configuration Post-Installation & Prise de repères

Après une bonne semaine de réflexion, et de tests, j’ai choisi de parler d’Ubuntu-Studio pour cette 2ème série de billets consacrés aux purs novices. Je voulais parler d’Ubuntu-Mate, mais finalement, non. Je ne pense pas qu’elle soit à la hauteur, pour l’instant, des attentes d’un utilisateur débutant, malgré sa qualité

Alors pourquoi une distribution « spécialisée » comme Ubuntu-Studio

-Parce que simple à installer et à utiliser. Pour ma part, c’est le système Ubuntu le plus complet proposé. Il correspond aussi bien aux personnes qui ne s’en servent que pour le minimum syndical (bureautique, internet, multimédia. Même si dans le cas du multimédia, il manque un ou deux logiciels « Phares » que nous installerons en Post-installation) qu’à ceux qui ont envie d’exprimer leur côté artistique sans être limités par le prix prohibitif des licences de logiciels privateurs spécialisés dans certains domaines (musique, photographie, 3D, montage vidéo, graphisme…).

-Après le duo Linux Mint & Linux Mint Debian Edition, c’est le système qui a eu le plus de succès auprès des personnes tierces dont j’ai « banquisé » les ordinateurs ces 10 dernières années 😀

-Il propose le bureau léger XFCE, qui est plutôt sympa à la  sauce « Studio »

-Le mouchard de chez Amazon( par défaut sur Ubuntu) est absent

Ce n’est pas parce que la politique dictée par Canonical, concernant l’ Ubuntu « Mère », est critiquable (sur bien des aspects) que ces dérivées sont à mettre dans le même panier… Bien au contraire.

Vous comprendrez mieux au fur et à mesure

Je pense que cette série sera plus longue dans le temps (j’en manque et Ubuntu Studio est plutôt vaste à explorer, mais je pense qu’elle peut correspondre à pas mal de monde. Là aussi, sur les quelques installations que j’ai pratiqué, pas de retours négatifs et des utilisateurs contents de pouvoir bidouiller un peu dans leur(s) domaine(s) de prédilection ou de pouvoir traiter leurs fichiers facilement).

Post installation

Comme pour Linux Mint, on suppose que le système est installé, la documentation n’est pas ce qu’il manque sur le net (une exemple ici). On utilise la version LTS (support sur le long terme. C’est à dire alimentée en mises à jour pendant 3 ans) que l’on s’est procuré ici.

Premier démarrage

Au bout de quelques secondes, une notification (sur le tableau de bord, à côté du menu, en haut à gauche) nous signale la disponibilité de nouvelles mises à jour

Lire la suite

Remplacement Linux Mint 13 par la version 18.2

Linux mint dans sa version 13 est le système que j’avais installé sur le Compaq de mon beau-frère.

Un Compaq Presario A900 Notebook PC, pour être précis, de 2008

 

Son premier (et seul) Gnu/Linux, en dual boot avec 7 de chez ‘Crosoft, a donc été Linux Mint 13 (en version 32 bits, c’est la seule image que j’avais sous la main à l’époque), arrivé en fin de vie en Mai 2017. Jamais de réels problèmes rencontrés, un petit  dpkg –configure -a il ya quelques mois…. Comme quoi, même les non-geeks y arrivent

Néanmoins, il était temps de s’en occuper

Passer de la version 13 à la 18.2 s’est avéré….. Lire la suite