Compte-rendu d’installation: Schneider SCL141CTP

Je voulais ce genre de PC pour avoir à nouveau un outil informatique me permettant de voyager léger, embarquer un peu de son par la même occas’ ou en faire occasionnellement ,  traiter mes mails ou mes photographies, un petit peu de traitement de texte de dernière minute éventuellement… 🙂

Peu importe la puissance, juste un truc qui ne me coûtera pas la peau du cul. (138 euros pour ce Schneider,  ça me va bien du coup)

Puis, je suis curieux de voir le type de matériel que peut fournir ce fabriquant, je me dis que c’est l’occaz’

Voici quelques détails:

Écran : 14,1’’ IPS Full HD

Processeur : Intel Atom x5-8350 Quad Core Processor

Mémoire RAM : 2 Go

Capacité de stockage : 32 Go

Lecteur de cartes mémoire : Micro carte SD (jusqu’à 128GB max)

Résolution : 1920×1080 pixels

Carte son: CherryTrail

Webcam : 0,3 MP

Norme Wifi : 802.11 B/G/N

Bluetooth : 4.0 EDR

Microphone

Connectique : 2 ports USB (USB 3.0 + USB 2.0) / 1 port HDMI mini

Après, l’installation d’une distribution Linux sur ce genre de machine tient du parcours du combattant . Vu le prix de la machine neuve (138 euros), ça vaut le coup de se casser la tête. C’est ce que j’ai fait (en me disant qu’au pire, je réinstalle un Windows et je la refourgue)

Problème n° 1:

Système UEFI 32 bits pour machine X86_84. J’ai tapé dans ma réserve d’iso.

Seules Debian, Kiss0s et Fedora 28 sont bootables. Exit les Archbang, Slackware, Ubuntu, Mint, même l’Isotop (OpenBSD) ne veut rien savoir (dommage).

Problème n°2:

Pas de prise ethernet. Debian (live avec firmware non-free) et Kiss0s ne franchissent pas cette étape. Reste Fedora. La distro qui va trôner sur cette machine ayant peu d’importance au final, du moment que ça roule

Problème n°3 (et pas des moindres) le son (carte audio factice, quand pas détectée)

Ainsi soit-il..

Mise à mort de Windows avec passage à l’acide et…

Une Fedora 28 XFCE Edition + Cairo-dock (c’est plus sympa pour les autres membres de la famille, même si un petit pekwm va pointer le bout de son nez d’ici quelques heures…)

Ça ne m’étonne pas en fait, Fedora est très souvent au dessus du lot niveau compatibilité avec les matériels exotiques) Lire la suite

Publicités

Un problème de Clés

Une petite mésaventure pour Christophe et son Emmabuntus réglée grâce à un billet datant de 2005…
Ça sert aussi à ça, le net 😀

terminal-etc-apt-trusted-gpg-d

via Les signatures suivantes n’ont pas pu être vérifiées…

Geekerie en Zone Hostile:-Linux Mint- Passer à la version 19 + Installation LXDE et Openbox

Ce billet est dédié aux utilisateurs qui ont déjà de la bouteille (sauf pour la première partie). Gros risques de crash sur le long terme, autant prévenir d’entrée de jeu. Le système de départ est Linux Mint 18.3 « Cinnamon ». En sachant qu’il y a de fortes chances pour que Cinnamon fonctionne méchamment mal, voire pas du tout, après l’upgrade de la distribution (c’est mon instinct qui me le dit 😀 ), j’installe LXDE et OpenBox

1/Installer LXDE & OpenBox (Facile: pour les non-« experts » qui aiment Mint mais on besoin de légèreté rapport à leur matériel. )

J’ouvre un terminal.

$sudo aptitude install lxde openbox nitrogen htop pcmanfm  obmenu obconf conky-std xscreensaver geany moc irssi ranger compton

Ça fonctionne très bien sur Mint 18.3 et également après avoir migré vers Mint 19

 

LXDE ( version 19 de Mint)

Lire la suite

2017: j’vais essayer de vous la faire courte….

1/ L’informatique libre

a/Systèmes d’exploitation

Debian et Slackware, le reste ne présente plus aucun intérêt pour ma part, il était temps. Aujourd’hui, je suis pleinement satisfait de m’être arrêté sur ces 2 distributions ( En même temps, ça va faire bientôt 15 ans que je suis arrêté sur Debian , alors que Slackware a été présente par intermittence avant de devenir fixe. Aujourd’hui, je les utilise autant l’une que l’autre). Ces 2 systèmes (Sid & testing pour Debian, Current pour Slackware) correspondent parfaitement au libriste-bidouilleur que je suis devenu.

D’ailleurs, à partir du moment où je vais transférer mon disque dur sur l’ancienne tour de mon petit dernier,  l’Inspiron ne me servira plus qu’à explorer les systèmes BSD  (ainsi qu’à donner un avis sur les distributions que j’installe aux migrants de chez Microsoft) : 2 partitions pour des BSD et une partition pour pouvoir émettre un avis impartial sur les systèmes cités ci-dessous. Lire la suite

Mint: le truc qui tue

Super, j’viens de découvrir dans un éclair de lucidité que si le pc de ma femme merdouille depuis une semaine, c’est qu’elle se retrouve avec un merveilleux noyau de la série 4.8 . Elle est en AMD, la casse est limitée. par contre j’ai installé cette distro sur des PCs équipés d’Intel en modifiant les paramètres de mises à jour pour qu’elles soient TOUTES prises en compte…

Or, ce noyau est buggé et provoque de superbes Kernel Panic avec les processeurs Intel dans sa version 4.8.0, je ne sais plus si une correction a été appliqué dans sa version 4.8.1 ou si le noyau a été abandonné (il me semblait avoir vu ça quelque part)

[EDIT] Un Lien intéressant : https://forums.linuxmint.com/viewtopic.php?t=241746

Perso, aucun des noyaux 4.8 n’est passé sur le Dell Inspiron (Debian Stretch), j’ai été obligé de piocher un 4.9  dans experimental pour régler le problème en attendant que cette version arrive dans les dépôts..

Peut être qu’Ubuntu a délivré une version corrigée, je ne sais pas.. A voir

Mais c’est vrai que le PC concerné à la maison réagit bizarrement par moment

Bon, ben reste plus qu’à virer la bête et remettre les mises à jour au réglage par défaut

Finalement, vaut mieux suivre les recommandations de Mint si j’ai bien compris (voir ci dessous)

Après avoir virer ce fameux noyau, une mise à jour est proposée

Le noyau est décoché par défaut, c’est un 4.4 (le 4.8 a disparu de la liste proposée).

Aucun risque, je le sélectionne pour le mettre à jour

[EDIT] :Il FAUT laisser les réglages de mises à jour de Mint par défaut, et le pépin qui est arrivé sur la Mint (pas bien grave, on reboote sur l’ancien noyau et on désinstalle le noyau incriminé) provient avant toutes choses de sa base Ubuntu.

De plus, le gestionnaire de mise à jour prévient que modifier les réglages est à nos risques et périls lors de sa première utilisation. Donc, c’est de ma faute, je l’admet 🙂

Depuis que j’ai réglé ceci, les seules mises à jour proposées pour le noyau – 2 depuis l’incident- concernent le noyau par défaut de la Linux Mint 18.1 : Le 4.4

MEA CULPA

Archlinux: noyau 4.9.6-1 et broadcom (bcm4313)

Après la mise à jour du noyau vers sa version 4.9.6-1 sur mon Archlinux, je me retrouve sans wifi

Le pilote installé était broadcom-wl et pas moyen de redémarrer ce truc

J’ai donc décidé d’aller chercher broadcom-wl-dkms dans AUR

$yaourt -S broadcom-wl-dkms

(broadcom-wl sera désinstallé automatiquement)

Je décharge ensuite l’ensemble des modules chargés dans le noyau en cours d’exécution

$sudo rmmod b43 b43legacy ssb bcm43xx brcm80211 brcmfmac brcmsmac bcma wl

Je charge le module wl

$sudo modprobe wl

Le wifi est opérationnel

screenshot_20170127_132406

 

J’ai le même genre de problème sur Debian Sid, mais il va falloir attendre cette version du noyau Linux pour le résoudre

 

 

Debian « Sid » : Pb broadcom (bcm4313)

Jusqu’à présent, mon wifi broadcom (bcm4313)sous Debian tournait nickel grâce à broadcom-wl-dkms

Ce n’est plus le cas depuis la dernière mise à jour vers le noyau Linux  4.8.0-2

Bon, en même temps, il faut s’attendre à ce genre de connerie sur Unstable

Pour contourner ce problème, il suffit de remplacer ce firmware par un autre, en l’occurrence firmware-brcm80211

$sudo aptitude remove broadcom-wl-dkms && sudo aptitude install firmware-brcm80211

On charge le module

$sudo modprobe -r brcmsmac

Un petit reboot derrière pour décharger l’ancien module

Problème résolu. Avec un débit en chute ( pas des masses), mais bon en attendant le wifi reste opérationnel

capture-decran-2017-01-10-161213