Mint: le truc qui tue

Super, j’viens de découvrir dans un éclair de lucidité que si le pc de ma femme merdouille depuis une semaine, c’est qu’elle se retrouve avec un merveilleux noyau de la série 4.8 . Elle est en AMD, la casse est limitée. par contre j’ai installé cette distro sur des PCs équipés d’Intel en modifiant les paramètres de mises à jour pour qu’elles soient TOUTES prises en compte…

Or, ce noyau est buggé et provoque de superbes Kernel Panic avec les processeurs Intel dans sa version 4.8.0, je ne sais plus si une correction a été appliqué dans sa version 4.8.1 ou si le noyau a été abandonné (il me semblait avoir vu ça quelque part)

[EDIT] Un Lien intéressant : https://forums.linuxmint.com/viewtopic.php?t=241746

Perso, aucun des noyaux 4.8 n’est passé sur le Dell Inspiron (Debian Stretch), j’ai été obligé de piocher un 4.9  dans experimental pour régler le problème en attendant que cette version arrive dans les dépôts..

Peut être qu’Ubuntu a délivré une version corrigée, je ne sais pas.. A voir

Mais c’est vrai que le PC concerné à la maison réagit bizarrement par moment

Bon, ben reste plus qu’à virer la bête et remettre les mises à jour au réglage par défaut

Finalement, vaut mieux suivre les recommandations de Mint si j’ai bien compris (voir ci dessous)

Après avoir virer ce fameux noyau, une mise à jour est proposée

Le noyau est décoché par défaut, c’est un 4.4 (le 4.8 a disparu de la liste proposée).

Aucun risque, je le sélectionne pour le mettre à jour

[EDIT] :Il FAUT laisser les réglages de mises à jour de Mint par défaut, et le pépin qui est arrivé sur la Mint (pas bien grave, on reboote sur l’ancien noyau et on désinstalle le noyau incriminé) provient avant toutes choses de sa base Ubuntu.

De plus, le gestionnaire de mise à jour prévient que modifier les réglages est à nos risques et périls lors de sa première utilisation. Donc, c’est de ma faute, je l’admet 🙂

Depuis que j’ai réglé ceci, les seules mises à jour proposées pour le noyau – 2 depuis l’incident- concernent le noyau par défaut de la Linux Mint 18.1 : Le 4.4

MEA CULPA

Archlinux: noyau 4.9.6-1 et broadcom (bcm4313)

Après la mise à jour du noyau vers sa version 4.9.6-1 sur mon Archlinux, je me retrouve sans wifi

Le pilote installé était broadcom-wl et pas moyen de redémarrer ce truc

J’ai donc décidé d’aller chercher broadcom-wl-dkms dans AUR

$yaourt -S broadcom-wl-dkms

(broadcom-wl sera désinstallé automatiquement)

Je décharge ensuite l’ensemble des modules chargés dans le noyau en cours d’exécution

$sudo rmmod b43 b43legacy ssb bcm43xx brcm80211 brcmfmac brcmsmac bcma wl

Je charge le module wl

$sudo modprobe wl

Le wifi est opérationnel

screenshot_20170127_132406

 

J’ai le même genre de problème sur Debian Sid, mais il va falloir attendre cette version du noyau Linux pour le résoudre

 

 

Debian « Sid » : Pb broadcom (bcm4313)

Jusqu’à présent, mon wifi broadcom (bcm4313)sous Debian tournait nickel grâce à broadcom-wl-dkms

Ce n’est plus le cas depuis la dernière mise à jour vers le noyau Linux  4.8.0-2

Bon, en même temps, il faut s’attendre à ce genre de connerie sur Unstable

Pour contourner ce problème, il suffit de remplacer ce firmware par un autre, en l’occurrence firmware-brcm80211

$sudo aptitude remove broadcom-wl-dkms && sudo aptitude install firmware-brcm80211

On charge le module

$sudo modprobe -r brcmsmac

Un petit reboot derrière pour décharger l’ancien module

Problème résolu. Avec un débit en chute ( pas des masses), mais bon en attendant le wifi reste opérationnel

capture-decran-2017-01-10-161213

Trisquel 7: installation et plus…

Trisquel 7 est une distribution basée sur Ubuntu et approuvée par GNU comme étant 100% libre. Ca me pose un problème d’ordre éthique vis à vis d’Ubuntu ©®

Mais admettons, je ne suis pas aussi obtus que certains, dont il faudra bien que je parle à un moment.

D’abord, l’installation en captures, prise Ethernet OBLIGATOIRE ( sauf si ton matériel wifi dispose du pilote libre lui correspondant) sur Dell Inspiron 1525 (Dual 2Ghz – 2Go Ram) . Oui, on fait avec les moyens qu’on peut. La machine est modeste comme pour beaucoup de gens qui utilisent GNU/Linux, faut pas se leurrer, parce qu’ils n’ont pas de budget  à consacrer à (ou qu’ils ne voient pas à quoi cela sert de mettre plus de 200 euros dans) un super équipement informatique « qui claque sa mère » (comme dans la célèbre pub pour décérébrés) alors qu’ils trouvent bien souvent des machines relativement puissantes( pour faire tourner du gnu/linux) d’occasion ( Il se trouve que dans mon cas,  c’est ma machine de test. Mais je l’ai bien trouvé quelque part, renseignez vous sur les habitudes des utilisateurs de GNU/Linux vis à vis du marché de l’occasion informatique).Il serait acceptable que les utilisateurs avancés, qui pour la plupart aident les débutants, intègrent bien cela dans leur caboche( Il n’y a qu’à jeter un œil sur les forums, les configurations des machines respectives des « admin/utilisateurs avancés » et mettre cela en parallèle avec le comportement déplacé que certains peuvent avoir avec les nouveaux. C’est d’ailleurs ce genre d’ambiance qui m’a fait quitter la totalité des forums où j’étais inscrit.)

Il y a une grosse bécane quand même ici et ce n’est pas la mienne, mais celle du Gamer tendance Geek de 13 ans qui squatte à l’étage. J’y reviendrai en parlant du 100% libre vs 99,9% libre, sujet aussi désagréable à aborder que la guerre des init, tellement la minorité des intervenants des 2 bords est obtus, prétend détenir la vérité et pourrie les discussions posées de façon systématique. 😀

A savoir également, gNewsense n’a pas passé le stade de l’installation sur cette même machine, je ne cherche même pas pourquoi, c’est éliminatoire et ça doit être la deuxième fois en 12 ans que cela m’arrive avec un système dit « Stable ». La première fois, c’était une Ubuntu, je ne pourrais pas dire laquelle, c’est loin

Installation:

Image récupérée

J’ai pris l’iso Gnome, y a pas version  XFCE, je l’installerai après coup. Je connais SugarToast, et mouais bof.. Mais les goûts et les couleurs…

capture-du-2016-12-15-082321 capture-du-2016-12-15-082339 capture-du-2016-12-15-082349 capture-du-2016-12-15-082415 capture-du-2016-12-15-082513 capture-du-2016-12-15-082530 capture-du-2016-12-15-092536 capture-du-2016-12-15-092620 capture-du-2016-12-15-092702

Voilà, pas de long discours, l’installateur fait ce qu’on lui demande de faire, c’est fiable, c’est béton. Rien à dire. Je reviendrai dessus les jours prochains, pour la configuration et l’exploration en profondeur du système. Peut être que je le garderai même pour réviser mes cours d’administration systèmes, les 3 prochaines semaines. pourquoi pas.

Je vais aborder le sujet des « intégristes » du libre (une minorité, soyons clair). Je vais parler de leurs doubles négatifs (pareil). il y en a un peu marre de voir toujours les mêmes cons vouloir imposer leur point de vue et leur vision sectaire du truc, parfois, j’ai l’impression de me taper un débat entre deux politiques complètement débilos  nous vomissant des discours pour handicapés mentaux profonds et dont la majorité se fout totalement

100% libre vs 99,9% libre

Mon parcours de « libriste », parce que je me considère comme tel, est atypique comme la plupart d’entre nous. A 11 ans, découverte de l’IBM PS/2 au collège, puis vers 13 ans l’Amstrad et Amiga (amis d’enfance), le Pc et Windows 3.0, puis 95, 98, 2000, XP pro. Fin de l’expérience Windows en 2003.

Mon savoir en informatique à ce moment se résume à :

Installer des jeux, cliquer sur le bureau, naviguer sur internet, réinstaller le système, bloquer svshost via le pare-feu, enregistrer en MIDI, réinstaller le système, mettre avast à jour, scanner le disque, graver un cd, réinstaller le système, désinstaller un programme qui à son tour désinstalle  automatiquement des DLL obligatoires pour faire tourner d’autres programmes(comme une punition pour avoir oser désinstaller une telle merveille) sans autres formes de procès de la part de l’éditeur, scanner le disque, réinstaller le système, télécharger des logiciels et leurs cracks, les installer, faire évoluer matériellement sa machine, programmer une défragmentation, faire une restauration système, réinstaller le système….. On continue???
Et je peux certifier que pour la majorité des geeks de l’époque, ca se résume à ça

Début de l’expérience GNU/Linux Fin 2003 en exclusivité.

Aujourd’hui, donc 13 ans après, je sais :

-Administrer un système en profondeur

-Gérer Debian, Slackware, ArchLinux et une galaxie d’autres distributions plus ou moins hardcore ou simple

-Configurer matériellement et facilement une machine, quel que soit le mode (texte ou graphique)

-Configurer les logiciels, pour certains en profondeur

-Compiler certains logiciels

-Rapporter des bogues

-Éditer des tas de fichiers, avec ou sans la doc ( parce qu’à force de le faire, ça rentre tout seul)

-Installer en expliquant le plus simplement possible le fonctionnement  et l’administration basique et routinière du système à une personne tierce, en évitant de raconter des conneries ( va pas leur parler de terminal, sauf si c’est une demande explicite), de mettre en avant mes préférences (sinon, croyez moi, j’aurai installé du Debian partout. Robuste, stable et complet. Libre ou pas, j’y reviendrai), d’omettre de signaler les logiciels non-éthiques, et souvent peu robustes, et les aider s’ils en ont besoin en cas de problèmes…

-Je vais essayer le plus vite possible de m’auto-héberger mais c’est en cours d’acquisition au niveau savoir, et en attente, niveau matériel et ça prendra le temps qu’il faut

Maintenant, Pourquoi j’utilise des logiciels libres.

Cela va peut-être en surprendre plus d’un, mais à la base c’est un acte purement politique.

Parce que ma vision globale du monde se retrouve partiellement dans ce mouvement.

-Les notions de partage et d’entraide très importantes à mes yeux

-Une forme de résistance aux mœurs de la consommation effrénée et irréfléchie.

-Ecologie, bien sûr.Gnu/linux permet aussi de recycler des UC ou portables,  au lieu de les laisser pourrir parfois des mois dans des déchetteries (à l’époque, voire encore de nos jours), déversant leur poison de silicium dans les sols.

-La possibilité d’apprendre librement et à son rythme une informatique enfin compréhensible. Voilà pour l’essentiel de mes motivations

J’essaie de concilier l’aspect politique et le côté technique, qui a prit naturellement énormément de place au fil des ans. Puis on vieillit, on met de l’eau dans son vin, ou pas..

Mon premier Linux sur une tour  X86 (Pentium 2 ou 3, je ne sais plus), pas besoin de firmwares,C’est très important pour moi ce coté à ce moment là et ça l’est encore, mais…

Il m’est apparut avec le temps, et les machines, que les firmwares étaient bien utiles sur certains PC, notamment pour le wifi – et les processeurs x86_64, sous peine d’avoir une machine difficilement utilisable, c’est une RÉALITÉ . Impossible d’y échapper. A quoi sert d’avoir un machine qui fonctionne aussi mal que Windows juste parce que l’on est OBTUS. A rien.

J’ai toujours un Eeepc sous Debian stable totalement « libre » depuis quelques années, il me sert surtout pour le stockage des données sensibles et personnelles (pas d’internet ou très peu connecté, disque dur crypté, serveur en local de temps de temps. C’est ma façon de voir, et de régler en partie, le dossier épineux de la protection des données personnelles ), pour les déplacements .

Le reste, ben pas franchement libre, mais que ça plaise ou non, je m’éclate franchement avec :

Sur un HP Probook- processeur DualCore -2Ghz-3,5Go de Ram-carte graphique AMD HD4200

(C’est léger, hein? Mais ca me suffit. Et j’en fais tourner des applications)

Archlinux: (noyau pas franchement libéré, firmware pour mon Wifi, firmware pour mon processeur)

Debian Unstable: ( firmware pour mon wifi, firmware pour mon processeur)

Slackware 64: (comme l’Arch)

Oui, j’ai trois OS sur la même machine ( la comparaison entre les avantages et défauts des 3 est certainement plus pertinente, du coup, lorsque j’en parle), ceux que je considère parmi les plus importants dans l’écosystème Gnu/linux. Ce ne sont pas les meilleures, mais celles qui me conviennent le mieux. Cette affirmation est personnelle et n’implique que moi. Et cela devrait être précisé pour tout utilisateur faisant preuve d’un minimum d’humilité lorsqu’il donne son avis sur le système qu’il utilise

Si l’on compte le nombre de paquets installés (environ 3500 paquets pour 3 distributions), le fait d’utiliser une petite dizaine de firmwares (également sur le total des 3 systèmes) qui permet un fonctionnement optimal de cette machine ( alors qu’en 100% libre, désolé mais le processeur est au taquet 95 % du temps et chauffe comme un météore en phase d’entrée atmosphérique) ferait de moi un traître à la « cause » du libre?

Alors certes, si j’avais un processeur 8 cœurs, 16 Go de ram, je serai sans doutes le plus heureux des bidouilleurs avec une Debian 100% libre, mais ce n’est pas d’actualité, j’ai d’autres priorités.

Voilà ce qui me pose problème, j’ai le sentiment que certains d’entre vous ne conçoivent pas que l’on puisse utiliser GNU/Linux pour autre chose que l’acte politique en lui même. Même si je suis motivé par le fait de n’utiliser que du logiciel libre, le noyau et les pilotes libres qui permettront de gérer de façon aussi efficaces que les firmwares, et les blobs, le matériel n’est pas encore né. Alors quand je lis ou entend l’un de vous me dire à propos de l’aide que vous êtes susceptibles de pouvoir apporter à une personne qui voudrait que vous lui fassiez une installation:
« Si la personne veut des logiciels non-libres ou flash , elle se débrouille, moi j’installe rien sur sa machine… »

Pour moi, c’est un comportement non compatible avec l’esprit du libre.

A quel moment, tu donnes une liberté à l’utilisateur avec ta façon réduite de voir les choses?

A quel moment tu fais la promotion du logiciel libre?

Tu te comportes comme un privateur qui milite pour du 100% libre. Un non-sens absolu, le libre est indissociable de la liberté de choix

Avant de libérer ton PC, t’aurais peut-être mieux fait de te libérer la tête,non?

A part l’informatique, mets tu autant d’entrain et de conviction à te libérer de ce qui fait de toi un consommateur, un simple spectateur de ta vie? (Ben ouais, essentiel.Si ta réappropriation de la « liberté » ne se résume qu’à l’informatique, ça fait juste comme argumentaire pour faire la morale aux gens sur ce qu’est cette notion)

Certains comme moi font l’effort de limiter les firmwares au maximum, de s’en passer si cela est possible (c’est à dire sans porter atteinte au fonctionnement de la machine).

D’autres,  j’ai discuté avec 2 Gamers, récemment, qui sont sous Linux pour Steam©®, par exemple. Est ce pour ça que je ne dois pas répondre à leur question sur le fonctionnement du système? Est ce pour leur motivation que je dois refuser de leur installer un système qui va comporter un logiciel avec DRM, blobs et firmwares pour leur matos de malades?

Ils font cela en pleine conscience, ils acceptent le principe des DRM , c’est leur problème.
Puis je leur dire : « C’est pas bien ce que vous faites »? Non et à aucun moment. Et même si je le faisais, ils s’en foutent. Ils iront demander conseil à quelqu’un d’autre ou se tourneront vers internet. Eux, ils n’installent pas Linux pour l’acte politique, c’est pour jouer. Ils sont libres de le faire. En attentant, ils utilisent 99 % de logiciels libres et  l’avis des extrémistes du libre émis  à leur endroit a autant de valeur et d’effet qu’un pet dans le vide intersidéral…..

Mais peut-être si intéresseront – ils plus tard, à cet aspect politique… ou pas…

Il y a ceux qui veulent Flash player pour jouer au dernier jeux sur Facebook comme ils le faisaient sous Windows ( désolé, j’ai testé le flash libre sur la machine d’une de ces personnes, oublie). Pour ce prétexte, je devrais leur dire  » Satan, je ne t’installe rien puisque tu vas corrompre la cause du libre à cause d’un jeu  sous flash » ….
Sans moi, les gars, c’est pas mon problème. A coté, la personne utilise 99,9 % de logiciels libres et je ne vais pas priver l’écosystème linux d’un utilisateur pour ce simple choix (Surtout que vous êtes les premiers à vous  plainde des 3/4 % de desktops qui tournent sous OS Libre à l’échelle mondiale), idiot de mon point de vue, mais choix délibéré. Ce n’est pas parce qu’il se fout de mes arguments à charge contre ce logiciel, que je dois l’envoyer bouler.  Là aussi, c’est fait en pleine conscience des problèmes liés à ce plugin (De toute façon, il va bientôt crever. Comme Google a prévu de le gicler…)

Idem pour les utilisateurs de Google Chrome, tu peux dire ce que tu veux, dans leur tête, ils voient déjà l’icône dans le menu démarrer. Tout leur univers googlisé à leur image, si familier et rassurant.Certes,  leur univers englobé dans du Libre. Même si pour moi ça n’a aucun sens, je n’ai pas à les juger. Je n’utilise pas Google Chrome, ni Chromium. Je n’ai pas de compte Google, je n’en ai jamais eu et je n’en veux pas. Et c’est mon choix.

D’ailleurs à ce propos, lorsque je vois Google dans la liste de moteur de recherche de Abrowser sur Trisquel, je me pose certaines questions (je fais le tour du proprio en même temps que le billet 🙂 )…. Comme quoi le libre, on en a chacun sa définition 😀

Et ainsi de suite, par contre, à titre personnel, je suis totalement hostile à Ubuntu©®
Oui, mais si une personne veut cette distro absolument et que ce n’est pas discutable, je lui installerai. Elle verra par elle -même, ou pas, si elle lui convient car je pars du principe que c’est sur l’utilisation à long terme que l’on se forge une idée concrète sur la pertinence de nos choix. Même si je trouve que c’est un gros spyware non-libre, patché de façon obscure et que ma Sid est moins « Unstable », je l’installerai parce que je respecte la liberté de choix de mon interlocuteur, je le répète, même si je trouve certains choix absurdes. Dans l’absolu, nos choix sont tous absurdes au regard de l’autre.. ou pas. De la même façon que l’on est tous le con d’un con, aucune chance d’y échapper. Suffit juste de l’intégrer dans sa petite tête.

Il y a autant de vérités qu’il y a de guguss sur la planète. Ca s’appelle le réel

Voilà, j’ai un tas d’exemple en réserve. A votre avis,  le choix qui est privilégié, c’est lequel pour un débutant?

Le mieux du mieux, firmwares, blobs ou pas….

Pour conclure, je respecte et j’essaie de me tenir au maximum proche du 100% logiciels libres mais je  ne veux pas que cela se fasse au détriment de la gestion logicielle de mon matériel. Je n’ai pas pour priorité d’investir dans du matériel 100% libre et de très haute qualité. Je fais avec ce que j’ai. Et si cela dérange le faible pourcentage d’extrémistes du libre (qui d’ailleurs portent préjudice à la totalité de leur communauté, comme d’autres le font chez Debian, ubuntu, etc….), ca me fait une belle jambe. Je ne vais pas me priver de Debian, Slackware ou ArchLinux au nom de la cause…

A l’opposé, on a des Zozos, aussi extrêmes que les premiers cités, qui pensent et disent ouvertement que ceux qui utilisent du full libre sont des ermites barbus extrémistes sectaires (y compris l’utilisateur de Debian que je suis) simplement parce qu’ils ne conçoivent pas que l’on puisse faire tourner son matériel de haute volée sans  les logiciels proprio et qu’ils se foutent du sens du mot « liberté » comme de leur premier slip, que ce soit en informatique ou dans leur vie de tout les jours. Et il y a des utilisateurs avancés dans le tas, qui eux ne voient que l’aspect technique de la chose et qui désirent que leur matos soit exploité du mieux possible. D’autres encore qui ont la vision de libre=gratuit, sans plus. Et vu le monde actuel, c’est compréhensible au possible. C’est leur droit. Comme ils ont le droit de ne surtout pas ramener leur fraise au sujet du libre, puisque c’est une notion qui leur passe au dessus de la tête. Néanmoins, grâce aux logiciels libres, ils ont les moyens d’optimiser, à leur guise, leur informatique ou de ne pas mettre un euro dans leur système d’exploitation, tout en profitant d’une qualité technique et logicielle exceptionnelles.

Ceux là, j’aime leur répondre quand ils me parlent du 100% libre avec dédain:

« Retourne sur Microsoft si tout ce qui est propriétaire vaut mieux que ce qui ne l’est pas, assume ton mépris des gens « propres » informatiquement…  »

Y a rien à dire de plus d’eux, la plupart sont des trolls, parfois sans même s’en apercevoir, des fans addict de tel ou tel fabriquant de carte graphique, processeurs, carte son, etc…. et quoi qu’ils utilisent, ils chercheront à  faire fonctionner leur super équipement de la façon la plus efficace possible et il est clair que pour l’instant, les pilotes libres ne sont pas au niveau des firmwares fournis . Le fait est qu’ils se foutent totalement de l’aspect politique, il ne voient que l’aspect pratique. C’est leur choix, qui ne leur permet  d’aucune façon de critiquer les purs libristes étant donné qu’ils ne conceptualisent visiblement pas ce choix  Et lorsque l’on ne comprend pas, ou que l’on ne veut pas comprendre pour x raisons, une idée ou une conviction, la moindre des choses est de se taire, ça évite de dire des conneries

Entre  ces 2 extrêmes ( qui ont quand même pour point commun le petit côté  » je suis l’élite au dessus de la masse laborieuse » bien marrant), il y la majorité, pure libriste ou non, utilisateurs avancés ou pas, qui a la sagesse de respecter les choix , et donc les libertés, des autres. Certains sont dans le compromis technique parce qu’ils veulent être « tranquille » niveau matériel, d’autres privilégient le libre et installeront du non-free seulement s’ils estiment que leur matos est limite au niveau performance. D’autres veulent juste ne pas être emmerdé comme sous Windows, etc…

Il y a des gamers, des musiciens, des graphistes, des photographes, des médecins, des secrétaires, des albinos trapézistes en zone débile, etc… qui utilisent Linux quotidiennement avec leurs habitudes, même si elles ne sont pas forcément bonnes dans le fond , mais ce sont les leurs. C’est tout aussi respectable que de se conformer au standard du libre définit par GNU ou  la FSF. Même si j’aime beaucoup Stallman et son discours général, il lui arrive de dire des énormités, comme tout le monde.

Ca me démangeait, à force de lire des commentaires niveau maternelle ou militants politiques lobotomisés pensant que leur vérité est forcément celle de l’ensemble (dans tes rêves et fantasmes, surtout)

Et oui, le monde est multiple et le logiciel libre n’échappe pas à la règle, que tu le veuilles ou non, que tu le conçoives ou pas…

Et comme de nos jours, les gens ont tendance à prendre leur cas pour des généralités sans tenir compte de la diversité, ça s’envenime vite.

Enfin, tout cela pour vous dire que d’un côté ou de l’autre des extrêmes, vous brassez du vent et pourrissez les conversations avec vos conneries… Au final, rien n’en sort

Comme aujourd’hui la mode est de discuter avec autrui dans le but de le taire sans chercher à le comprendre, vous appliquez  cela bêtement….

Au prochain billet, je vous parlerai plus globalement de Trisquel

Message à caractère informatif:

Si en lisant ce billet , tu trouves que je suis un con prétentieux, donneur de leçon(faut toujours un/des adjectif(s) pour définir ce qui énerve) , dis toi que la personne  se tenant à tes cotés, ou avec laquelle tu discutes sur IRC, un forum ou un blog en ce moment même, pense peut-être la même chose de toi… 😉

C’est dur à intégrer, mais c’est la règle

Ce billet ne reste que mon avis personnel, tiré de mon vécu, je n’en fais pas un graal, il n’engage que moi.Et en plus, il est évolutif selon les personnes que je croise et qui m’enrichissent ou pas . Rien ne t’oblige à être d’accord avec moi. Rien ne t’oblige à ne pas l’être.J’assume le fait que mon point de vue puisse être tout aussi crétin, naif ou pertinent que le tien 😀

C’est ça, la liberté

 

 

OpenMandriva : comment dire…

Ce matin au démarrage, mise à jour

200 et quelques paquets

screenshot_20161208_074146

Ok, je redémarre

Je perds la souris régulièrement, conflit avec le pavé tactile .. Ca commence bien. Je désactive le pavé tactile

Il me faut absolument dkms-broadcom-wl pour le wifi.

C’est là que les problèmes ont commencé

screenshot_20161208_082214 screenshot_20161208_090811 screenshot_20161208_091249

Je n’entrerais pas dans les détails, mais en gros, j’ai installé le dernier kernel « source », désinstallé, réinstallé dkms-broadcom-wl , dkms (ce qui m’a donné l’illusion que cela allait fonctionner… Ben non…)

Bien trop familier comme problèmes,  déjà rencontré avec Mandriva, Mageia à de divers degrés

Il y a des incohérences avec linux-headers (c’est la version i586, pas de X86_64) , j’ai pourtant corrigé avec kernel-release-headers-4.8.8-1.x86_64, mais ça ne résoud rien, j’ai même l’impression que cela a amplifié le chaos

Je perds à nouveau la souris, le redémarrage a fait apparaître plus de problèmes qu’il n’en a résolu

J’abandonne

En dehors des défauts ou des aberrations de feu Mandriva qu’elles ont parfaitement intégré, rien ne bouge.. C’est l’impression que cela me donne et c’est assez décevant
Je ne vois plus aucun avenir sur le long terme pour aucune des 2.  Je pense que les équipes des 2 distributions ont trop de divergences pour fusionner leur projet respectif, ce qui permettrait de faire émerger autre chose que 2 cadavres en décomposition, maintenus en vie coûte que coûte..

Je ne vais pas jeter la pierre.

Mais ces 2 distributions, résultantes du clash au coeur même de l’entité Mandriva, sont un véritable échec sur le long terme. Surtout pour Mageia qui malgré des débuts prometteurs s’enfonce un peu plus à chaque mois qui passe. Que dire de cette OpenMandriva, où pourtant la politique de l’environnement unique KDE/Plasma( ou un petit DE light) , permet en théorie de se concentrer sur l’essentiel, ben même pas. C’est incohérent sur beaucoup de points…

Que dire des bugs déclarés restants en l’état (parfois depuis plus d’1 an) spécialement chez Mageia…

Ca sent le sapin (j’attends de voir le prochain billet sur la Mageia 6 Beta qui va être publié sur la blogosphère, le dernier échec relatif à cette distribution m’a particulièrement irrité, je ne serais donc pas objectif si j’en parlais.. Encore moins après avoir testé cette OpenMandriva)

Et c’est dommage…

[ Edit ]

Pour ma part, la seule distribution (fork de Mandriva dès 2003) encore viable se nomme PCLinuxOS, du moins elle est cohérente et fonctionne plutôt pas mal.