Fedora: installer VSCodium

VSCodium est le penchant libre, licence MIT, de Visual Studio Code (de chez tonton ‘crosoft).
C’est un « fork » de ce logiciel. (Booouhouhou le vilain mot.. 🙂  )

La raison?

« Microsoft’s source code is open source (MIT-licensed), but the product available for download (Visual Studio Code) is licensed under this not-FLOSS license and contains telemetry/tracking. »

(Le code source de vscode de Microsoft est open source (sous licence MIT), mais le produit disponible en téléchargement est sous licence non-FLOSS et contient des éléments permettant la télémétrie et le suivi de l’utilisation du logiciel.)

Et, accessoirement, c’est le logiciel avec lequel je vais bosser dans l’immédiat.

Lire la suite

Le bureau KDE/Plasma

‘lut à tous

[Edit: c’est en faisant le ménage sur le blog que je suis retombé là dessus… Et ça m’emmerde franchement de balancer ce brouillon à la poubelle alors qu’il ne me restait plus grand chose à faire. Je le termine donc en ce 15 Décembre 2019, année des têtes d’œufs. Ce billet a été débuté sur une Debian 9, la dernière partie (5/) sur Debian 10. Rien de prétentieux, juste un guide minimal pour prendre rapidement KDE/Plasma en main ]

A titre personnel, et à part mes gestionnaires de fenêtres, c’est le seul DE que j’utilise encore à ce jour. J’ai pourtant détesté  KDE4, les goûts et les couleurs….

Un peu d’historique  et de technique concernant le projet KDE

 

Vue d’ensemble

Ce billet n’a pas pour vocation d’expliquer dans les détails toutes les actions possibles, il se veut comme un guide de découverte. Entrer en profondeur dans les détails demanderait un temps fou (dont je ne dispose pas), je me contenterai donc de l’essentiel.

I/ Le tableau de bord

Lire la suite

Débutants:Debian Gnu/Linux Stretch (KDE)-1ère Partie-Prise en main et finalisation.

En premier lieu, désolé pour l’attente, mais j’avais d’autres chats à fouetter ces derniers temps. Il s’avère également qu’il est, par moment, difficile pour moi (avec mes habitudes) de simplifier les choses. Pas évident de revenir à un mode de fonctionnement basique et graphique alors que j’ai abandonné cette façon de faire depuis tant de lunes….

Merci d’être indulgent, je découvre en même temps que vous 🙂

Comme d’habitude, je reste neutre. Je ne prêche pas pour une chapelle ( d’autant plus que l’année qui vient de passer m’a fait prendre prendre conscience que je suis autant un utilisateur de Slackware que de Debian, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’âge et la raison, je pense. )

J’aimerai revenir sur une ou deux  choses essentielles à prendre en considération avant de choisir Debian pour son utilisation journalière:

-L’ avantage/problème de Debian est que cet OS est fourni uniquement avec des logiciels libres. Pour l’instant, je n’évoquerai pas les cartes graphiques (puisque les pilotes libres fonctionnent très bien), je reviendrai sur ce sujet à la fin de cette série sur Debian ( pour ceux qui veulent utiliser leur matos à fond) avec l’installation du pilote propriétaire de ma propre carte graphique Nvidia (on verra si la légende affirmant que c’est une galère sans nom est fondée 😀 )

-Le problème le plus pénalisant, surtout à l’installation, reste le non-support de la plupart des pilotes gérant le Wifi. Par précaution, mieux vaut utiliser une prise ethernet ( ou placer le « blob ».deb sur une clé USB tierce, permettant ainsi à l’installateur Debian de gérer le wifi . Il vous demandera lui même si vous possédez le pilote adéquat sur un support externe) pendant l’installation. Pilote que l’on trouve aisément chez Debian, en cherchant un minimum. Si ce genre de chose vous rebute (normal, nous ne sommes pas tous à l’aise avec l’outil informatique), optez pour une autre distribution dont la structure permet l’utilisation de pilotes non-libres dès l’installation.

[NOTE]: Autant prévenir les « p(f)ur(m)istes(?) »  qui lisent ce blog, et voudraient venir jouer les trolls dans les commentaires,  que nous allons voir dans ce billet comment contourner certaines restrictions avec l’ajout des dépôts « Contrib » & « Non-free » de Debian. Sachant qu’ici, la règle est toujours la même : Commentaires pertinents, argumentés =validés ( sachant que je me fous de la forme, puisque seul le fond est digne d’intérêt) et les débiles=corbeille

Si l’utilisateur final trouve que sa machine fonctionne très bien sans blobs proprio et qu’il a envie, du coup, de s’en tenir à l’utilisation de logiciels libres exclusivement, c’est son choix. Celui qui voudra utiliser des logiciels non-libres aura ce choix également puisque Debian le propose ( je cite :  » Ainsi, bien que les travaux non libres ne fassent pas partie de Debian, nous prenons en compte leur utilisation et fournissons donc l’infrastructure nécessaire (à l’image de notre système de suivi des bogues et de nos listes de diffusion »)). .

Pour en savoir plus, jetez un œil ici  et

Cela ne veut pas dire que l’un vaut mieux que l’autre (à titre personnel, je suis pour l’utilisation de Debian 100% Libre mais, s’il s’agit de faire fonctionner du matériel récalcitrant, aucune hésitation à avoir quand à l’utilisation de blobs proprio. Tant pis, ma machine ne sera constituée que de 99,9% de logiciels libres, ce qui fera de moi un traître à la cause auprès des puristes, dont l’avis m’importe peu…) . Ce qui me permet de passer à … Lire la suite

Sur Les Desktops – D’accord, pas d’accord???

Il y quelque chose qui m’a sauté aux yeux lors des derniers billets…

Je me suis aperçu que je m’ennuyais ferme sur les distributions que j’utilise donc occasionnellement.

C’est Debian Stretch 9.5 fraîchement installé qui m’a vraiment fait percuter du bond en avant des distributions ces dernières années.. J’avais dit il y a quelques mois à Frédéric Bezies que niveau DE, on se faisait chier (dans le texte), que c’était devenu très stable tout cela…et diaboliquement efficace…

Je ne pensais pas si bien dire…

Le constat est simple que ce soit Ubuntu, Debian, Mint, Fedora , bref peu importe… Les DE font tout à notre place (à savoir que je me mets vraiment dans la peau d’un novice lorsque je fais ces billets. Je sais ce que je veux appliquer comme action et je cherche une application graphique qui le fera plutôt qu’une ligne de commande. C’est limite bluffant lorsqu’on s’intéresse vraiment aux possibilités offertes par KDE,Gnome ou autre Cinnamon point de vue simplicité.) ..

Sur la debian KDE installée (je n’avais pas fait tourner une stable, personnellement, depuis un petit moment), je n’ai pas encore eu à ouvrir un terminal pour configurer quoique ce soit (alors que la dernière Debian que j’ai configuré pour une tierce personne, l’a été de manière ancestrale 🙂 ), les interfaces graphiques sont lisibles et précises, les options clairement définies. C’est ça, je pense que de ce côté, c’est vraiment mature, clair… et facile. Même pas besoin de synaptic… 😮

Ça me déplaît un peu, d’un côté ( bon, personne ne nous empêche de faire du #NoDE, y’a de quoi sur Debian)…

Mais c’est l’objectif du logiciel libre,non? Son essence même : donner l’accès à l’informatique libre pour tous et il faut avouer que cela n’a jamais été aussi facile et complet au niveau de l’offre…
Et pour les dictateurs de la ligne de commande, reste pas mal d’OS sympas à triturer ou garder les vieilles habitudes (et oui, c’est ça, des vieilles habitudes aussi efficaces soient-elles)

Alors, mes frustrations de geek, bah, je les garde pour moi…

Et vous, vous en pensez quoi (ou pas)?

(On ne parle pas de forcenés de l’outil informatique ici mais plus de madame Michu, hein, pas de confusion dans les têtes et pas de baston, s’il vous plaît…)

BSD: Isotop, l’OpenBSD accessible

Fallait bien que cela arrive depuis que j’y pense…

J’ai donc téléchargé une iso d’Isotop (voir ici également pour l’installation), l’openBSD saveur 3hg

Je commence seulement à explorer, j’ai fait mes petits aménagements, malgré une résolution pas top (la faute au HDMI et à NVIDIA, pour ma part. Mais, je trouverai bien à force de gratter 😀 ). Ce qui n’est pas éliminatoire puisque je peux récupérer le tir en jouant sur la config du bureau…

Un bureau Xfce4 aux petits oignons, j’ai ajouté Conky pour faire beau et pour la frime

Lire la suite

Débutants: Linux Mint-2ème partie- Gestion logicielle

Comme nous l’avons vu dans la 1ère partie, le sujet qui sera abordé dans ce billet concernera la gestion des logiciels sous Linux Mint. Je pensais faire ce billet sur ce sujet en explorant, par la même occasion, celui de la gestion du matériel. Je préfère séparer les 2 pour plus de lisibilité

Linux Mint propose 2 gestionnaires de paquets:

a/ Le gestionnaire de paquets MintInstall

Nous l’avons abordé dans le billet précédent. Simple d’utilisation, je le trouve parfait pour l’utilisateur dépourvu d’intérêt pour l’informatique. Très semblable à ce que l’on peut trouver sur Windows ou Android, ce qui ne déboussolera pas notre débutant…

Comme la façon d’installer/supprimer un logiciel a été vu dans la 1ère partie et qu’il est très minimaliste, voici ce qu’il reste à en dire.

Lire la suite

Débutants: Linux Mint – 1ère partie- Configuration post installation et prise de repères

Maintenant que j’ai une machine relativement récente (2015) où j’ai de la place sur le DD secondaire…

Je vais bien sûr continuer sur des billets plus « geek », mais aborder la découverte  des systèmes pour débutants sous un autre angle (Je commence avec Linux Mint. je passerai ensuite à un autre OS à prise en main facile). Ce sera, quoiqu’il arrive, du robuste, de l’éprouvé…

Une sorte de mode d’emploi basique de certaines distributions et de certains bureaux (oui, aussi. Pas mal de question sur le sujet) qui conviendront aux plus grand nombre.

Je pense faire 3 billets par distribution (sur le modèle : Découverte d’un système + découverte d’un bureau):

-Le premier billet( le plus long)portera sur la post-installation, une vue rapide sur le bureau (généralités) et un aperçu de la gestion des logiciels (basique)

-Un autre concernera le Bureau installé et sa configuration (disposition, thèmes, comportement, etc…)

-Un autre, encore, portera sur un approfondissement des parties « Gestion des logiciels » et « Gestion  du matériel »

-Éventuellement un guide de recommandations (selon la distribution) et de logiciels à utiliser/découvrir

Je n’en connais pas encore l’ordre

Ces billets seront plus ou moins espacés, selon le temps à disposition (ou celui  qu’il fait)

Plutôt que de faire d’énièmes démonstrations d’installation de telle ou telle distribution, je prends le parti de me préoccuper de la perte de repères (et ils sont nombreux, je le constate moi-même tous les jours) qu’engendre une migration de système d’exploitation pour l’utilisateur novice en essayant de produire un contenu suffisamment clair et lisible pour l’accompagner.

Le propos se voudra très simple (les trolls diront simpliste)

J’insiste sur le fait qu’à aucun moment, je ne parlerai de Lignes de commande ou de Terminal

 

Linux Mint – Post Installation

On suppose que le système est installé, il y a une tonne de documentation sur le net (ici y compris) qui concerne  le sujet et comme l’installation ne change pas… Lire la suite