Débutants: Debian Gnu/Linux Stretch (KDE)- Intro- Explication du choix

Au moment d’attaquer sur une distribution « facile », et réputée, incluant KDE Plasma, je me suis retrouvé devant un dilemme en testant sur machine virtuelle. Plusieurs, à vrai dire:

-Kubuntu: Je pense qu’il n’y a pas que cette base qui soit à explorer. Linux Mint et Ubuntu ont servi pour les billets concernant Cinnamon et Gnome, aucun intérêt à se répéter. Distribution néanmoins de très bonne facture pour ceux qui sont séduits par cette base. Seul le bureau diverge de Mint et Ubuntu

-OpenSuse: Une distribution que j’ai connu à mes débuts, abandonnée rapidement, en y jetant un oeil de temps en temps. Très bonne distribution mais facilement transformable en foutoir notoire grâce à son centre de configuration. Pourtant, elle vaut le coup, j’estime que c’est une distribution qu’ un débutant curieux et méthodique maîtrisera relativement vite, sans problèmes.  Nous savons que ce n’est pas le cas d’une grande majorité d’utilisateurs qui, pour la plupart, veulent juste pouvoir faire ce qu’ils ont à faire sur leur système.

-Fedora: Pour l’avoir testé récemment sur mon portable, KDE est très bien intégré mais on se retrouve avec un système à configurer à la main au démarrage (Dépôts tiers, codecs, etc…). Donc, je dirais un peu comme pour l’OpenSuse, réservée à des débutants curieux et méthodiques

-Debian: Debian met à disposition des isos « live »  dont les logiciels sont tous libres ( ce qui ne pose pas de problèmes, nous verrons pourquoi et comment contourner ceci, pour ceux qui ont besoin de logiciels non-libres) . Des distributions que j’ai testé, elle me parait la plus accessible (et elle l’est) au plus grand nombre. KDE est parfaitement intégré (comme les autres bureaux d’ailleurs) et la configuration aisée. La légende qui veut que Debian n’est pas à mettre dans la main d’un novice est totalement infondée. Nous le verrons au fil des billets.

N’oublions pas que Debian est elle-même la base d’Ubuntu et de ses dérivées et qu’elle est d’une stabilité exemplaire. Les plus septiques diront que 2 ans entre chaque version, c’est trop (logiciels vieillissants au fur et à mesure du temps qui passe). Nous verrons que non, pas forcément.

Puis, en toute franchise, ça me fait plus que plaisir de pouvoir démontrer que Debian peut être d’une simplicité diabolique, malgré les légendes aux dents dures qui prétendent l’inverse 😀

 

Mais nous verrons ceci en temps voulu.

Le prochain billet sera donc dédié à l’installation et à la configuration ( gestion des sources et logicielle, entre autres )de Debian Gnu/Linux

 

 

 

 

 

Publicités

Debian: Unstable très… stable

Ça fait bien longtemps que je n’ai pas parlé de Debian…

Pourquoi???

Parce que disons que même sur la version unstable de la distribution, le système est d’une stabilité peu commune alors qu’il est censé être… en mise à jour permanente.

Alors, un point rapide

-Le noyau en version 4.15 est remplacé par la version 4.16.5-1 (4.16.0-1 pour la numérotation de Debian) ce jour même. Alors qu’avant, j’étais toujours méfiant par rapport à ce genre de changement, aujourd’hui, ça passe comme une lettre à la poste… ( headers, dkms, etc…)

Lire la suite

Routine de slacker : Tiens, j’ai envie de parler de Slackware

J’ai quitté Archlinux, qui m’a apporté pas mal de choses, le 15 Avril 2017.

Des regrets??

Non, aucun. J’ai su assez vite qu’elle ne resterait qu’une étape, même si elle a duré 4 ans. Au delà, de l’installation et de la configuration, donc de la compréhension générale du système et de sa structure (y’en a de la doc sur l’ArchWiki), je l’ai trouvé d’une légèreté, d’une simplicité et d’une réactivité certaines.. Mais d’un ennui mortel à long terme. La vérité, c’est que je savais que je viendrai pour de bon à Slackware. C’était aussi évident qu’il m’est impensable de me séparer de la Debian ou de migrer vers Microsoft ou Mac

Changement de PC oblige, après un back-up de ma configuration, installation. Je me suis longtemps posé la question. Repartir d’une Slackware-current basique et tout réinstaller avant de rebalancer mes confs ou faire ce qu’homo sapiens fait le mieux, la facilité avec un live-Usb « plasma »… Bah, j’ai choisi la deuxième voie, vous croyez quoi? 😀

J’ai le back-up, quelques logiciels à virer ( la suite KDE pour ne garder que l’essentiel, c’est long, mais bon…), quelques slackbuilds à installer.

Ce qu’il me reste comme bureaux et wm après purge (là aussi, si on installe une des images live d’AlienBob, faut assumer le ménage derrière) :

-XFCE, KDE Plasma, lxqt

-Openbox, pekwm, fvwm2 et wmaker

Lire la suite

ArchLinux Facile: Antergos, en quelques phrases

« Voilà, aucune opinion particulière à distiller, à part  celle-ci : Une ArchLinux avec un installeur graphique relativement simple »

C’est la phrase qui clôturait le dernier billet (très rapide) sur l’Antergos ( début 2017)

Je ne change rien à cette phrase.

L’installateur graphique est simple (j’ai pris l’iso Minimal pour l’installation, à vos câbles Ethernet), autant que celui d’une Ubuntu ou d’une Mint. Avant l’installation, on peut choisir son bureau, d’activer l’ Arch User Repository ou pas, son navigateur, Flash ou pas, kernel LTS ou pas, etc…

La totalité des paquets sera directement récupérée via les dépôts de la distribution (enfin, un dépôt Antergos ajouté à ceux d’Archlinux… Ce qui permet, au final, d’avoir une Archlinux automatisée avec quelques outils simplificateurs) Lire la suite

Slackware64-current : Kernel, Plasma, erreur entre la chaise de bureau et le clavier

Comme je l’ai dit dans le précédent billet , je vais parler un peu plus de Slackware.

Pour aujourd’hui, je fais le point sur le système en place sur ma machine et je parle, par la même occasion, de la petite erreur humaine évitable qui rôde toujours autour d’un user, ma gueule en l’occurrence.

Le kernel est actuellement en version 4.9.45 est implique toujours la réinstallation  des modules liés au noyau ( slackbuilds) selon vos besoins. Seul le wifi est concerné sur ma machine.

L’environnement KDE/Plasma, via les dépôts d’AlienBob, est en version 5.10.5, KDE Frameworks en est à la 5.38.0, Qt est estampillé 5.9.1

Lire la suite

Debian Sid: la mise à jour ….du jour

Passage à KDE Plasma 5.9 ce matin lors de la routine matinale

Ce qui fait quand même pas mal de retard au niveau de ce bureau ( La Slackware en étant déjà à la version 5.10.3, via le dépôt Ktown d’Alien Bob)

Voilà, voilà.

Rien de nouveau sous le soleil des distributions dites user-friendly, c’est le calme plat.

Le blog va reprendre peu à peu son rythme normal courant Septembre.

Quelques news… (Debian, Slackware et divers)

Pas vraiment l’envie, ni le temps de m’occuper du blog (comme la plupart du temps en été, il y a des choses bien plus intéressantes à faire que de se coller en permanence comme un con à son PC)

Ce n’est pas non plus une raison de pas maintenir son (ses)  système(s)

Debian:

Sid : Beaucoup de mises à jour ce dernier mois, le système de base a été le plus impacté sans me créer de problèmes de fonctionnement.

Sur Sid, j’utilise Plasma qui, par contre, est encore en version « Stable » (5.8.7)

Le noyau est un 4.11.2

Testing (Buster) : Pour ce qui est de Debian Testing ( Kiss0s), pas de désagréments de type bloquants.

On en est au noyau 4.11.6-1. Rien de plus,  à dire sur le sujet. Lire la suite