Quelques news… (Debian, Slackware et divers)

Pas vraiment l’envie, ni le temps de m’occuper du blog (comme la plupart du temps en été, il y a des choses bien plus intéressantes à faire que de se coller en permanence comme un con à son PC)

Ce n’est pas non plus une raison de pas maintenir son (ses)  système(s)

Debian:

Sid : Beaucoup de mises à jour ce dernier mois, le système de base a été le plus impacté sans me créer de problèmes de fonctionnement.

Sur Sid, j’utilise Plasma qui, par contre, est encore en version « Stable » (5.8.7)

Le noyau est un 4.11.2

Testing (Buster) : Pour ce qui est de Debian Testing ( Kiss0s), pas de désagréments de type bloquants.

On en est au noyau 4.11.6-1. Rien de plus,  à dire sur le sujet. Lire la suite

Debian Stretch

 

Pas de mystères, c’est la Kiss0s qui me sert de version stable (et pekwm comme interface utilisateur) sur ma machine principale à l’heure actuelle.

Elle me sert également à tester certains environnements de bureaux (XFCE d’abord, MATE ensuite) que je désinstalle au moment voulu pour garder un système minimaliste.

 

Lire la suite

Slackware-Current : Upgrader un slackbuild lié au noyau

La semaine dernière, j’ai installé le firmware (broadcom-sta) correspondant à mon wifi via un slackbuild

Seulement voilà, en ce moment, ça bouge pas mal sur Slackware-Current. Hier, je suis passé à la version supérieure du noyau lors de la mise à jour.

Plus de wifi avec la version 4.9.30 qui succède à la version 4.9.29 de Linux

Pas de panique, il m’a suffit de brancher l’ethernet (en cas de nouvelle version du slackbuild, on ne sait jamais. Mais il est présent en local donc…) et d’upgrader le paquet pour cette nouvelle version du kernel

#sbopkg -i broadcom-sta

Voilà, tout rentre dans l’ordre, je reviendrai un peu plus en profondeur sur les slackbuilds dès que j’aurai un peu plus de temps

Pour les débutants qui suivent ce blog, pas de panique, je ne suis pas en train de radi-geek-iser ce coin du net, juste que niveau distribution « user-friendly », et à part le passage en RC de Mageia 6 et la sortie prochaine de Debian Stretch, c’est aussi calme que dans le cerveau de Cyrille Hanouna et celui de ses fans

Slackware-Current: mise à jour noyau + KDE (dépôt Ktown) et slackbuilds (broadcom-sta)

Hello, comme vous pouvez le constater, ça bouge pas mal sur la Slackware-Current, ainsi que sur le dépôt Ktown(Kde-Plasma) d’AlienBob

Aujourd’hui, mise à jour du kernel vers la version 4.9.29

Ajouté à cela, la nouvelle version de Plasma (5.9.5), de KDE Frameworks (5.34.0), Qt (5.7.1)

Depuis le passage au noyau 4.9.x, j’ai abandonné le paquet broadcom-sta (compatible avec l’ancien noyau mais pas celui ci)

J’ai opté pour le module libre intégré au noyau à ce moment, mais bon, du 120Ko/s, ça va bien 5 minutes

Lire la suite

Debian-Like: Siduction

J’ai connu Sidux , puis Aptosid – dont la dernière image dispo date de 2013 . Puis on a  Siduction.

Comme son nom l’indique, elle est basée sur Debian Unstable (Sid), une des distribution de mon quotidien depuis maintenant de nombreuses années. Donc, un système en mode Rolling depuis bientôt 11 ans ( la première Sidux étant apparu en Septembre 2006 et Siduction en étant la « fille »….), ce qui, niveau crédibilité, n’est pas négligeable.

Je me suis longtemps posé la question de son utilité, puisqu’on peut facilement s’installer une Sid par soi-même. A part l’administration rationnelle des paquets par une équipe, je ne vois pas trop… Mais bon, c’est toujours mieux qu’une Ubuntu (Basé sur Sid également, les bugs en plus)

Les images Iso (amd64- choix des bureaux ) sont ici : http://ftp.spline.de/mirrors/siduction/iso/patience/

Pas de version 32 bits pour cause d’abandon de cette architecture.

Cette version de Siduction se prénomme donc Patience – dont tout utilisateur d’Unstable doit faire preuve en cette période de gel de Stretch.

J’ai fait dans l’original, j’ai téléchargé la version Cinnamon.

Installation

L’installation se fait avec Calamares, vous pouvez choisir votre langue au démarrage du live

Le dock, en haut, me perturbe. Je le virerai au premier démarrage

,

La présence des firmwares facilite les choses (pour le réseau spécialement)

On reboote à la fin

Au premier démarrage, j’ai viré Plank de la liste des logiciels à démarrer automatiquement, appliqué les mises à jour en mode console (pas de synaptic, ni d’applet, ce qui me convient)

Un petit apt-get update && apt-get upgrade en mode super-utilisateur ( faudra que je mette sudo en place) pour appliquer les 501 mises à jour

Tout va bien au reboot, avec un kernel 4.10 (que je dois piocher dans experimental sur ma Sid) et un Cinnamon plutôt récent.

Je reviendrai sur cette distribution dans le  courant de la semaine

Cairo-dock

Je suis légèrement pris par le temps ces 3 dernières semaines et ça ne devrait pas s’arranger dans les mois à venir. Je vais essayer de maintenir un rythme raisonnable sur le blog, un billet en semaine (minimum) et un à deux le week-end .

Parenthèse fermée

J’ai donc installé PCLinuxOS en lieu est place d’Archlinux. J’ai vraiment envie de jouer avec les limites de cette distribution. L’image était une iso incluant Plasma. MATE a été ajouté et comme je n’ai pas spécialement d’attirance pour ce bureau, je lui ai adjoint cairo-dock. Le nombre de paquet installés sur cette PCLinuxOS atteint donc les 1955 (ce qui n’est pas si énorme lorsque que le prend en considération le fait qu’il y ait 2 bureaux et la plupart des logiciels essentiels, pour mes besoins personnels ) sur les 12677 que propose la distribution. On va voir ce que cela donne sur le long terme.

Revenons à Cairo-dock.

Je fais ce billet rapide suite à la question d’un ancien utilisateur de MacOsx (aujourd’hui sous Debian avec le bureau MATE )me demandant comment faire pour avoir un bureau ressemblant à ce qu’il a connu sur son OS proprio

C’est un dock hautement configurable qui doit cependant tourner sous un environnement de bureau qui gère la transparence ( de nos jours, monnaie courante). Il est disponible pour Gnu/Linux et BSD. A noter que c’est le premier dock ayant utilisé, dans sa version 2.0, l’OpenGL.

A titre personnel, je l’utilise souvent avec XFCE. Mais pour le coup, c’est avec MATE (on peut très bien l’utiliser sous KDE-Plasma). Je trouve qu’il joue bien son rôle de lanceur d’applications rapide. Cela reste purement une histoire de confort. La distribution Emmabuntus est livrée avec ce dock par défaut (configurable au 1er démarrage) et visiblement, le concept plaît aux utilisateurs de cette distribution. Petit plus par rapport au dock de MacOsX: les thèmes multiples et variés

Je ne rentre pas plus dans les détails, le mieux c’est de l’installer et de s’amuser avec la configuration. (puis en fait, je n’ai pas le temps d’en faire plus, désolé). Je vous laisse l’adresse du Wiki, en Français s’il vous plaît

Pour les fragiles des oreilles et de l’amour propre, baissez le son 😀

Slackware-MATE

Je ne suis pas fan de ce bureau, que ce soit clair

Cependant, AlienBob met à disposition toute une série d’images iso dont une incluant MATE

On peut jeter un oeil ici

J’ai donc téléchargé et installé l’iso sur une clé USB avec mon amie dd (La commande, pas le pochtron FN du coin, hein)

On peut sélectionner la langue et le clavier au démarrage

La session s’ouvre avec le nom d’utilisateur live (mot de passe: live)

Et petite surprise pour ceux qui voudraient tester en dur ou en machine virtuelle :

« Install the Live OS to your hard drive easily

The included program “setup2hd” (all ISOs except the small XFCE variant) is a modified Slackware installer which will guide you through the familiar setup menus and install the content of the Slackware Live Edition to your hard disk. The “setup2hd” program can be run from your X session so that you can keep interacting with the Internet while Slackware installs itself. »

Traduction :

« Installez l’OS Live sur votre disque dur facilement »

Le programme inclus « setup2hd » (toutes les ISO sauf la  variante XFCE), un programme d’installation Slackware modifié qui vous guidera à travers des menus de configuration familiers (pour les slackers)  et installera le contenu de Slackware Live Edition sur votre disque dur. Le programme « setup2hd » peut être exécuté à partir de votre session X afin que vous puissiez continuer à utiliser  Internet pendant que Slackware s’installe.

Donc:

On ouvre un terminal, on passe en root

$su

mot de passe : live

#setup2hd

Je ne me suis pas amusé à l’installer (j’ai lancé l’Iso sur ma machine principale et elle est bien comme elle est, aucune raison de modifier quelque chose), mais elle est super réactive en live

Peut être que je le ferais sur ma machine de test si j’ai le temps

En attendant, si ça vous branche de Slacker 😀

 

[EDIT] : Suite à ce billet, Frédéric Bezies a publié un billet incluant l’installation