Un problème de Clés

Une petite mésaventure pour Christophe et son Emmabuntus réglée grâce à un billet datant de 2005…
Ça sert aussi à ça, le net 😀

terminal-etc-apt-trusted-gpg-d

via Les signatures suivantes n’ont pas pu être vérifiées…

Publicités

Geekerie en Zone Hostile:-Linux Mint- Passer à la version 19 + Installation LXDE et Openbox

Ce billet est dédié aux utilisateurs qui ont déjà de la bouteille (sauf pour la première partie). Gros risques de crash sur le long terme, autant prévenir d’entrée de jeu. Le système de départ est Linux Mint 18.3 « Cinnamon ». En sachant qu’il y a de fortes chances pour que Cinnamon fonctionne méchamment mal, voire pas du tout, après l’upgrade de la distribution (c’est mon instinct qui me le dit 😀 ), j’installe LXDE et OpenBox

1/Installer LXDE & OpenBox (Facile: pour les non-« experts » qui aiment Mint mais on besoin de légèreté rapport à leur matériel. )

J’ouvre un terminal.

$sudo aptitude install lxde openbox nitrogen htop pcmanfm  obmenu obconf conky-std xscreensaver geany moc irssi ranger compton

Ça fonctionne très bien sur Mint 18.3 et également après avoir migré vers Mint 19

 

LXDE ( version 19 de Mint)

Lire la suite

Compte rendu d’installation: Linux Mint 18.3 sur HP Laptop 15 (DualCore)+ Résolution PB Realtek rtl8723de

Maintenant, on fait livrer directement les machines neuves à mon domicile pour que je fasse passer un « manchot » par la « Fenêtre », avant qu’elles ne passent dans les mains de leurs propriétaires  (Ma belle sœur, dans ce cas)

C’est donc un HP Laptop 15 qui remplacera son ancienne machine, victime d’une attaque destructrice au biberon, qui tournait déjà en Dual Boot Win/Mint (avant de passer 100% Mint)

Matos :

-Processeur Intel Celeron N3060 (1,6Ghz)

-Disque Dur de 1To

-SDRAM DDR3 4Go

-Lecteur DVD Lire la suite

Débutants: Ubuntu Studio- 3ème partie- Les logiciels

1/Gestionnaire de paquets

Logiciel:

Logiciel est la logithèque intégrée à Gnome habituellement. Toujours sur le  principe très simple que l’on trouve maintenant sur la quasi-totalité des distributions destinées aux novices.

Nous avons déjà vu ce genre de chose lors du billet consacré à la gestion des logiciels sur Linux Mint . Logiciel a seulement été renommé pour Mint, et comme j’ai horreur de me répéter….

2/ Les logiciels

Usage courant: Nous retrouvons les classiques, présents la plupart du temps comme logiciels par défaut sur la plupart des distributions. On Citera Firefox, Thunderbird, Pidgin, Gimp, LibreOffice dans les grandes lignes. Dommage que VLC, ainsi qu’un player audio digne de ce nom, ne soit pas présent après installation. A noter que la logithèque contient des programmes à usage courant comme Spotify, Steam ou encore Skype.

Lire la suite

Débutants: Ubuntu Studio- 2ème partie – Réglages du bureau XFCE & Gestion du matériel

XFCE est le bureau par défaut d’Ubuntu Studio

Un peu d’historique (contrairement à Cinnamon que nous avons vu avec Mint, XFCE a plus de 20 ans, ça mérite un historique rapide, non?)

XFCE fait partie de ces bureaux qui étaient déjà en vie lorsque j’ai débuté sur Gnu/Linux.

C’est un environnement qui est né en 1996, mais n’a pas été intégré par les distributions de l’époque car il utilisait une base non-libre, le toolkit xforms. C’est en 1998, pour sa version 2, que le gestionnaire de fenêtres xfwm est intégré. Le toolkit GTK+ remplacera xforms en 1999 pour la version 3 du bureau, permettant enfin à ce dernier d’être considéré comme libre et inclus aux dépôts officiels de la plupart des distributions (On parle de Debian, Slackware ou encore Red Hat, en cette fin de siècle)

Début 2001, XFCE est estimé comme terminé pour sa version 3.8. La base est fonctionnelle et performante. Puis la version 4 sort en 2003, avec le passage à la boite à outils GTK2 . Nous sommes toujours, actuellement, dans la série 4.xx (4.12). Je ne sais pas trop où en est la migration vers GTK3 mais j’avais lu quelque part que la version 4.13 serait entièrement basée sur cette nouvelle version

-Particularités

3 principes fondamentaux font les fondations de XFCE: Rapidité, économie des ressources et simplicité. Il est basé sur plusieurs logiciels, qui peuvent être utilisé de façon individuelle sans que le système ne se retrouve surchargé de dizaines de dépendances, à la différence de GNOME ou KDE.

Xfce dans sa configuration ( placements des tableaux de bord, celui du bas sert de Dock) par défaut sur une Zenwalk (avec un joli jeu d’icônes).

Entendons nous bien : sans le travail des distributions pour le rendre agréable aux yeux de l’utilisateur Final, XFCE est tout simplement MOCHE. Je sais, ce n’est pas ce à quoi des types comme moi font attention (quoique), du moment que ça tourne… Mais, j’ai constaté, avec les années, qu’une belle apparence joue dans le choix d’un utilisateur « classique ». Lire la suite

Débutant: Ubuntu Studio-1ère partie- Explication du choix, Configuration Post-Installation & Prise de repères

Après une bonne semaine de réflexion, et de tests, j’ai choisi de parler d’Ubuntu-Studio pour cette 2ème série de billets consacrés aux purs novices. Je voulais parler d’Ubuntu-Mate, mais finalement, non. Je ne pense pas qu’elle soit à la hauteur, pour l’instant, des attentes d’un utilisateur débutant, malgré sa qualité

Alors pourquoi une distribution « spécialisée » comme Ubuntu-Studio

-Parce que simple à installer et à utiliser. Pour ma part, c’est le système Ubuntu le plus complet proposé. Il correspond aussi bien aux personnes qui ne s’en servent que pour le minimum syndical (bureautique, internet, multimédia. Même si dans le cas du multimédia, il manque un ou deux logiciels « Phares » que nous installerons en Post-installation) qu’à ceux qui ont envie d’exprimer leur côté artistique sans être limités par le prix prohibitif des licences de logiciels privateurs spécialisés dans certains domaines (musique, photographie, 3D, montage vidéo, graphisme…).

-Après le duo Linux Mint & Linux Mint Debian Edition, c’est le système qui a eu le plus de succès auprès des personnes tierces dont j’ai « banquisé » les ordinateurs ces 10 dernières années 😀

-Il propose le bureau léger XFCE, qui est plutôt sympa à la  sauce « Studio »

-Le mouchard de chez Amazon( par défaut sur Ubuntu) est absent

Ce n’est pas parce que la politique dictée par Canonical, concernant l’ Ubuntu « Mère », est critiquable (sur bien des aspects) que ces dérivées sont à mettre dans le même panier… Bien au contraire.

Vous comprendrez mieux au fur et à mesure

Je pense que cette série sera plus longue dans le temps (j’en manque et Ubuntu Studio est plutôt vaste à explorer, mais je pense qu’elle peut correspondre à pas mal de monde. Là aussi, sur les quelques installations que j’ai pratiqué, pas de retours négatifs et des utilisateurs contents de pouvoir bidouiller un peu dans leur(s) domaine(s) de prédilection ou de pouvoir traiter leurs fichiers facilement).

Post installation

Comme pour Linux Mint, on suppose que le système est installé, la documentation n’est pas ce qu’il manque sur le net (une exemple ici). On utilise la version LTS (support sur le long terme. C’est à dire alimentée en mises à jour pendant 3 ans) que l’on s’est procuré ici.

Premier démarrage

Au bout de quelques secondes, une notification (sur le tableau de bord, à côté du menu, en haut à gauche) nous signale la disponibilité de nouvelles mises à jour

Lire la suite

2017: j’vais essayer de vous la faire courte….

1/ L’informatique libre

a/Systèmes d’exploitation

Debian et Slackware, le reste ne présente plus aucun intérêt pour ma part, il était temps. Aujourd’hui, je suis pleinement satisfait de m’être arrêté sur ces 2 distributions ( En même temps, ça va faire bientôt 15 ans que je suis arrêté sur Debian , alors que Slackware a été présente par intermittence avant de devenir fixe. Aujourd’hui, je les utilise autant l’une que l’autre). Ces 2 systèmes (Sid & testing pour Debian, Current pour Slackware) correspondent parfaitement au libriste-bidouilleur que je suis devenu.

D’ailleurs, à partir du moment où je vais transférer mon disque dur sur l’ancienne tour de mon petit dernier,  l’Inspiron ne me servira plus qu’à explorer les systèmes BSD  (ainsi qu’à donner un avis sur les distributions que j’installe aux migrants de chez Microsoft) : 2 partitions pour des BSD et une partition pour pouvoir émettre un avis impartial sur les systèmes cités ci-dessous. Lire la suite