Fedora : configuration post-installation et « groupes » de logiciels spécialisés

Je reçois toujours des demandes sur la configuration d’une Fedora, malgré la tripotée de billets au sujet de cette distro sur ce blog

J’isole donc cela sur une page . Bien que les outils graphiques existent (mises à jour, installation de paquets), on se concentrera sur la ligne de commande, donc le terminal (et ça permet en même temps de faire connaissance avec ce dernier). Le gestionnaire de paquet de Fedora est DNF

Vous pouvez télécharger une iso autre que celle proposée par défaut (workstation sous Gnome) avec les isos Spins ( différents DE) ou des isos Fedora Labs (Audio, astronomie, robotique, etc….)

 

Configuration Générique (et simple)

Lire la suite

Fedora 28 -> 29

Faute d’avoir trouvé mon bonheur avec Debian ou Slackware, j’utilise un spin de la Fedora (Studio) sur cette machine

2 bureaux installés : Plasma et XFCE

J’ai voulu passer à la version 29 Lire la suite

Sur Les Desktops – D’accord, pas d’accord???

Il y quelque chose qui m’a sauté aux yeux lors des derniers billets…

Je me suis aperçu que je m’ennuyais ferme sur les distributions que j’utilise donc occasionnellement.

C’est Debian Stretch 9.5 fraîchement installé qui m’a vraiment fait percuter du bond en avant des distributions ces dernières années.. J’avais dit il y a quelques mois à Frédéric Bezies que niveau DE, on se faisait chier (dans le texte), que c’était devenu très stable tout cela…et diaboliquement efficace…

Je ne pensais pas si bien dire…

Le constat est simple que ce soit Ubuntu, Debian, Mint, Fedora , bref peu importe… Les DE font tout à notre place (à savoir que je me mets vraiment dans la peau d’un novice lorsque je fais ces billets. Je sais ce que je veux appliquer comme action et je cherche une application graphique qui le fera plutôt qu’une ligne de commande. C’est limite bluffant lorsqu’on s’intéresse vraiment aux possibilités offertes par KDE,Gnome ou autre Cinnamon point de vue simplicité.) ..

Sur la debian KDE installée (je n’avais pas fait tourner une stable, personnellement, depuis un petit moment), je n’ai pas encore eu à ouvrir un terminal pour configurer quoique ce soit (alors que la dernière Debian que j’ai configuré pour une tierce personne, l’a été de manière ancestrale 🙂 ), les interfaces graphiques sont lisibles et précises, les options clairement définies. C’est ça, je pense que de ce côté, c’est vraiment mature, clair… et facile. Même pas besoin de synaptic… 😮

Ça me déplaît un peu, d’un côté ( bon, personne ne nous empêche de faire du #NoDE, y’a de quoi sur Debian)…

Mais c’est l’objectif du logiciel libre,non? Son essence même : donner l’accès à l’informatique libre pour tous et il faut avouer que cela n’a jamais été aussi facile et complet au niveau de l’offre…
Et pour les dictateurs de la ligne de commande, reste pas mal d’OS sympas à triturer ou garder les vieilles habitudes (et oui, c’est ça, des vieilles habitudes aussi efficaces soient-elles)

Alors, mes frustrations de geek, bah, je les garde pour moi…

Et vous, vous en pensez quoi (ou pas)?

(On ne parle pas de forcenés de l’outil informatique ici mais plus de madame Michu, hein, pas de confusion dans les têtes et pas de baston, s’il vous plaît…)

Débutants: Debian Gnu/Linux Stretch (KDE)- Intro- Explication du choix

Au moment d’attaquer sur une distribution « facile », et réputée, incluant KDE Plasma, je me suis retrouvé devant un dilemme en testant sur machine virtuelle. Plusieurs, à vrai dire:

-Kubuntu: Je pense qu’il n’y a pas que cette base qui soit à explorer. Linux Mint et Ubuntu ont servi pour les billets concernant Cinnamon et Gnome, aucun intérêt à se répéter. Distribution néanmoins de très bonne facture pour ceux qui sont séduits par cette base. Seul le bureau diverge de Mint et Ubuntu

-OpenSuse: Une distribution que j’ai connu à mes débuts, abandonnée rapidement, en y jetant un oeil de temps en temps. Très bonne distribution mais facilement transformable en foutoir notoire grâce à son centre de configuration. Pourtant, elle vaut le coup, j’estime que c’est une distribution qu’ un débutant curieux et méthodique maîtrisera relativement vite, sans problèmes.  Nous savons que ce n’est pas le cas d’une grande majorité d’utilisateurs qui, pour la plupart, veulent juste pouvoir faire ce qu’ils ont à faire sur leur système.

-Fedora: Pour l’avoir testé récemment sur mon portable, KDE est très bien intégré mais on se retrouve avec un système à configurer à la main au démarrage (Dépôts tiers, codecs, etc…). Donc, je dirais un peu comme pour l’OpenSuse, réservée à des débutants curieux et méthodiques

-Debian: Debian met à disposition des isos « live »  dont les logiciels sont tous libres ( ce qui ne pose pas de problèmes, nous verrons pourquoi et comment contourner ceci, pour ceux qui ont besoin de logiciels non-libres) . Des distributions que j’ai testé, elle me parait la plus accessible (et elle l’est) au plus grand nombre. KDE est parfaitement intégré (comme les autres bureaux d’ailleurs) et la configuration aisée. La légende qui veut que Debian n’est pas à mettre dans la main d’un novice est totalement infondée. Nous le verrons au fil des billets.

N’oublions pas que Debian est elle-même la base d’Ubuntu et de ses dérivées et qu’elle est d’une stabilité exemplaire. Les plus septiques diront que 2 ans entre chaque version, c’est trop (logiciels vieillissants au fur et à mesure du temps qui passe). Nous verrons que non, pas forcément.

Puis, en toute franchise, ça me fait plus que plaisir de pouvoir démontrer que Debian peut être d’une simplicité diabolique, malgré les légendes aux dents dures qui prétendent l’inverse 😀

 

Mais nous verrons ceci en temps voulu.

Le prochain billet sera donc dédié à l’installation et à la configuration ( gestion des sources et logicielle, entre autres )de Debian Gnu/Linux

 

 

 

 

 

BSD: Isotop, l’OpenBSD accessible

Fallait bien que cela arrive depuis que j’y pense…

J’ai donc téléchargé une iso d’Isotop (voir ici également pour l’installation), l’openBSD saveur 3hg

Je commence seulement à explorer, j’ai fait mes petits aménagements, malgré une résolution pas top (la faute au HDMI et à NVIDIA, pour ma part. Mais, je trouverai bien à force de gratter 😀 ). Ce qui n’est pas éliminatoire puisque je peux récupérer le tir en jouant sur la config du bureau…

Un bureau Xfce4 aux petits oignons, j’ai ajouté Conky pour faire beau et pour la frime

Lire la suite

Slackware : pekwm « Kiss0s Flavour »

Openbox, c’est cool, j’apprécie beaucoup. Mais je lui préfère pekwm

J’ai découvert ce wm en m’amusant avec Kiss0s. Je continue à apprendre son fonctionnement, il y a certains recoins qui me paraissent encore bien obscurs. Toujours sur Kiss0s, bien sûr. Et sur Slackware depuis ce matin.

Il neige, ça pince… Du coup, ça Geek de façon compulsive

Installer pekwm

#sbopkg -i pekwm

#sbopkg -i peksystray

#sbopkg -i ranger

$xwmconfig

(Ne vous fiez pas à cette liste, je vais virer Lumina, Fluxbox ou encore blackbox)

J’ai copié pas mal de fichiers de conf., wallpaper ou thèmes de la Kiss0s (sur le même disque dur) afin de compléter ceux de la Slack  : Lire la suite

Routine de Slacker: Openbox

La commande  permettant de sélectionner une session (lorsque l’on tourne sans gestionnaire de session) est : $xwmconfig

 

Une des sessions proposée est  openbox-session.

On va être clair, ce billet va plutôt intéresser des utilisateurs ayant certaines compétences avec Openbox et qui aimeraient faire joujou sur Slackware… Ou les curieux motivés Lire la suite