Routine de Slacker: ça sent la version 15.0

Ça avance à son train, mais il y a eu un sacré coup d’accélérateur ces dernières semaines sur la version Current ( en développement, mais très robuste malgré tout) de la Slackware Linux. Elle est passée en version pre-release en même temps que pkgtool (le gestionnaire de paquets)

-7/ 8 mises à jour du noyau ces 4 dernières semaines (la version actuelle est la 4.14.34)

-pkgtool est passé de la version 14.2 à 15.0, il y a une dizaine de jour

-Aujourd’hui, c’est une mise à jour massive (rebuild) qui a impacté Slackware (aucune régression, cependant).

La mise à jour de Slackpkg stoppera l’opération, il suffit de repasser un #slackpkg update && slackpkg install-new && slackpkg upgrade-all derrière pour terminer cette dernière

Je vous laisse mater la raison & la liste des logiciels impactés pour les architectures x86_64

 

C’est long, j’avais envie d’écouter un truc qui bouge en attendant…

Publicités

Routine de slacker: -Geekons un peu-Installer et configurer Openbox

Pré-requis:

Avoir une Slackware de « base » installée (au minimum base du système, serveur d’affichage, desktop)

[Rapport au billet : Slackware n’est pas obligatoire si on ne prend en compte que la conf’, ma Debian a la même (bah ouais, si on à un wm à sa pogne sur un OS, autant l’utiliser sur l’autre)]

En général, c’est le cas après une installation classique. Openbox est disponible dans son plus simple appareil

Il va falloir installer pas mal de slackbuilds, rétrograder 2 paquets et configurer tout cela.

Installation de sbopkg

Sbopkg est un script bash permettant de manipuler les slackbuilds (une collection de scripts permettant de construire des paquets Slackware). Le fonctionnement? Très simple. Sbopkg va télécharger le SlackBuild puis le décompresser, télécharger le code source du programme, le copier dans le même répertoire que le SlackBuild, vérifier les sommes de contrôle, exécuter le slackbuild et installer le package résultant.

On télécharge et on se renseigne sur l’installation de sbopkg ici

sbopkg ne gère pas les dépendances, mais vous dira ce qui a coincé en cas d’échec de la compilation. A vous de trouver la dépendance manquante, ce qui peut être sportif. Le mode d’emploi de sbopkg

Parenthèses à caractère purement égocentré : J’utilise Current, pas de slackbuilds pour cette version, j’utilise donc ceux de la 14.2. Je vais donc devoir rétrograder certains paquets comme vte (pour lxterminal) ou libfm (pour pcmanfm), plus exactement installer une version antérieur de ces paquets via sbopkg (pour les utilisateurs qui utilisent la version stable, je ne pense pas que ce genre de problèmes existe). Ce qui casse Kde-Plasma. Et disons que je m’en balance un peu, je ne me souviens même plus de la dernière fois où j’ai utilisé ce dernier. L’air de rien, je m’aperçois que le goût que j’avais pour les DE s’est mangé une sacrée claque dans la tête, une fois passée la quarantaine. Avec les wm, t’as la base. A toi de construire Ton environnement de travail… 😀

Lire la suite

Routine de slacker : Tiens, j’ai envie de parler de Slackware

J’ai quitté Archlinux, qui m’a apporté pas mal de choses, le 15 Avril 2017.

Des regrets??

Non, aucun. J’ai su assez vite qu’elle ne resterait qu’une étape, même si elle a duré 4 ans. Au delà, de l’installation et de la configuration, donc de la compréhension générale du système et de sa structure (y’en a de la doc sur l’ArchWiki), je l’ai trouvé d’une légèreté, d’une simplicité et d’une réactivité certaines.. Mais d’un ennui mortel à long terme. La vérité, c’est que je savais que je viendrai pour de bon à Slackware. C’était aussi évident qu’il m’est impensable de me séparer de la Debian ou de migrer vers Microsoft ou Mac

Changement de PC oblige, après un back-up de ma configuration, installation. Je me suis longtemps posé la question. Repartir d’une Slackware-current basique et tout réinstaller avant de rebalancer mes confs ou faire ce qu’homo sapiens fait le mieux, la facilité avec un live-Usb « plasma »… Bah, j’ai choisi la deuxième voie, vous croyez quoi? 😀

J’ai le back-up, quelques logiciels à virer ( la suite KDE pour ne garder que l’essentiel, c’est long, mais bon…), quelques slackbuilds à installer.

Ce qu’il me reste comme bureaux et wm après purge (là aussi, si on installe une des images live d’AlienBob, faut assumer le ménage derrière) :

-XFCE, KDE Plasma, lxqt

-Openbox, pekwm, fvwm2 et wmaker

Lire la suite

Slackware : pekwm « Kiss0s Flavour »

Openbox, c’est cool, j’apprécie beaucoup. Mais je lui préfère pekwm

J’ai découvert ce wm en m’amusant avec Kiss0s. Je continue à apprendre son fonctionnement, il y a certains recoins qui me paraissent encore bien obscurs. Toujours sur Kiss0s, bien sûr. Et sur Slackware depuis ce matin.

Il neige, ça pince… Du coup, ça Geek de façon compulsive

Installer pekwm

#sbopkg -i pekwm

#sbopkg -i peksystray

#sbopkg -i ranger

$xwmconfig

(Ne vous fiez pas à cette liste, je vais virer Lumina, Fluxbox ou encore blackbox)

J’ai copié pas mal de fichiers de conf., wallpaper ou thèmes de la Kiss0s (sur le même disque dur) afin de compléter ceux de la Slack  : Lire la suite

Routine de Slacker: Openbox

La commande  permettant de sélectionner une session (lorsque l’on tourne sans gestionnaire de session) est : $xwmconfig

 

Une des sessions proposée est  openbox-session.

On va être clair, ce billet va plutôt intéresser des utilisateurs ayant certaines compétences avec Openbox et qui aimeraient faire joujou sur Slackware… Ou les curieux motivés Lire la suite

Routine de Slacker: Changement de machine

J’ai envie de vous faire partager mon expérience de Slacker. Configuration de périphériques, installation de paquets, configuration, édition de fichiers, etc…. D’où le titre.. Sujet clos

Comme je le prédisais au mois de Septembre, ma machine principale a lâché, du moins la carte mère et, par extension, le circuit graphique AMD, le tout dans un fracas de silicium… Non, je déconne

Bref, heureusement pas de pb sur le disque dur, je l’ai intégré au Dell Inspiron 1525. Dans mon malheur, j’ai eu la bonne intuition en me focalisant au fil des mois sur le NoDE, ça suffit pour les 2go de ram de la bête…

Pour les Debian (testing et Sid), ça s’est bien ficelé.. J’ai viré les firmwares concernant les composants AMD pour les remplacer par ceux dédiés à Intel..( ouais, ben j’ai pas le choix, je suis limite niveau puissance)

Par contre, pour Slackware, ça s’est moins bien goupillé. Lire la suite